Le CH a arrêté de m’inquiéter, moi | Trois options (à la ligne bleue) sous le radar pour Marc Bergevin cet été

Avant toute chose, vous DEVEZ lire ce texte de Tony Patoine qui fait l’analyse du niveau de talent général des attaquants du CH. Est-ce vraiment une question de « système », ces problèmes offensifs du Tricolore?

Dans l’ensemble, on conviendra que le CH s’est comporté de façon inquiétante depuis la date limite.

Pour plusieurs d’entre vous dont mon collègue DLC, cette inquiétude s’est accentuée à la lumière des deux derniers matchs. Deux revers subis en séance de fusillade où l’avantage numérique a été couci-couça.

Bien qu’il s’agisse de deux autres défaites, deux revers amers du même coup – rien de mieux pour tourner le fer dans la plaie – je ne crois pas que ces récentes sorties devraient alimenter le scepticisme à l’aube des séries. Lorsque la place en séries et l’avantage de la glace est acquise, il est permis de voir au-delà du pointage.

On reprochait au Canadien de trop s’en remettre à Carey Price et pour un rare fois cette année, il a donné un peu de répit à son gardien et a pris l’ascendant en possession de rondelle. Les troupes de Michel Therrien ont montré un Fenwick à 5 contre 5 lorsque le score est serré de 59.3% face aux Capitals et de 58.1% face aux Devils. C’est donc dire que le CH a limité l’adversaire à seulement 40% des tentatives de tirs dans les situations critiques du match.

Vous me direz qu’une défaite est une défaite, et une victoire, une victoire. Mais ce qui distingue un tir qui traverse la ligne rouge et un lancer qui est arrêté par le gardien est parfois – même souvent – complètement aléatoire. Bien sûr, à court terme, une équipe parvient à accumuler des chances de marquer « Grade A » à un rythme plus élevé que la norme. Mais sur une longue période, diriger le plus de rondelles vers le filet est la stratégie jouant au mieux les probabilités.

Si vous préférez encore le compte des chances de marquer, il faut noter que la Flanelle en a obtenu cinq de plus que les Capitals, jeudi. Un rendement honorable contre la talentueuse équipe du Tsar.

Michel Therrien lui-même vous le dira : « Parfois, ça prend les break. Ça prend les bonds de ton côté.»

Il ne faut pas chercher plus loin.

Alors voilà, le Canadien s’est défendu plus qu’honnêtement à 5 contre 5. Il peut espérer de meilleurs résultats et ultimement des victoires s’il poursuit dans cette veine. Surtout qu’avec Price dans tous ses moyens, on aura droit à mieux que les pourcentages d’arrêts de 85.7% (vs. NJ) et 88.9% (vs. WSH) qui ont été compilés cette semaine.

Mais il faudra faire produire le power play, j’en conviens…

Trois options (à la ligne bleue) sous le radar, pour Marc Bergevin
Pour un DG de la LNH, il ne suffit pas seulement d’améliorer ses troupes, mais de se procurer un avantage par rapport aux 29 autres équipes. La plupart du temps en flairant quelque chose qui échappe aux autres.

Dans la nouvelle réalité financière qu’on connaît, les essais à faible risque offrant potentiellement une généreuse récompense sont d’autant plus intéressants. En cas d’échec, on tourne la page. Si ça marche, tant mieux.

Un peu à la Billy Beane, j’ai identifié trois cibles low-risk, high reward qui pourraient tenter Marc Bergevin cet été. On parle ici de gambles pas trop chers, pas de solutions A a un besoin bien établi…

1. David Schlemko

Cap-hit de 1 188 000 $ cette année… 

Il est fort à parier que Schlemko n’intéresse à peu près personne dans les cercles de la LNH. Rien de plus normal pour un défenseur gaucher sans forces apparentes, qui a longtemps poireauté dans la ligue américaine et qui a été soumis au ballottage cette saison!

Pourtant, dans un rôle des plus discrets, Schlemko a livré la marchandise quand on a bien voulu lui donner sa chance. Son jeu simple, ennuyant pour notre œil, a fait passer sous le radar son efficacité et la profondeur qu’il amène au sein d’une équipe. Car, durant la majorité de sa carrière, Schlemko a été sur la glace pour plus de buts en faveur son club que l’inverse et a influé positivement sur les indices de possession de celui-ci.


En 15 matchs avec les Flames cette saison, Schlemko a joué un rôle important aux côtés de l’énigmatique Raphael Diaz. Avec lui, le club soutire 55.7% des Chances de Marquer Pour. Sans lui, ce chiffre tombe à 39.67%.

Et si on s’attaque à un échantillon plus grand : en 48 matchs avec les minables Coyotes l’an passé, l’équipe a cumulé 54.3% des Chances de Marquer Pour en sa présence, et seulement 45.9% de ces occasions en son absence.

Sur patins, on ne le confondra jamais avec Bobby Orr. Son style peut paraître maladroit. Mais ça marche et c’est tout ce qui compte dans la nouvelle LNH, qui ne demande que des résultats.

Schlemko devient joueur autonome à l’issue de cette saison. Les équipes ne se l’arracheront pas, mais un DG lucide ne perd rien en le mettant à l’essai.

2. Adam Pardy

Cap-hit de 700 000$ cette année… 

Une machine à points? Non.  Une présence physique salutaire bougeant bien la rondelle pour son lourd gabarit? Certainement.

Ce gaucher de 6’4 et 220 livres remplit les critères de 5e/6e défenseur fiable à qui on peut confier sans crainte de grosses responsabilités défensives. Ajoutons qu’il excelle pour séparer le porteur de la rondelle en se servant de son corps le long des rampes. Il est en quelque sorte ce que Alexei Emelin n’a pas pu offrir cette saison sur la 3e paire et une meilleure alternative que Mike Weaver et Greg Pateryn en guise de roue de secours.

Pardy opte souvent pour le choix de jeu simple en tentant de limiter les risques, même si ses lacunes en maniement de disque peuvent le rendre coupable malgré lui de bêtes revirements.

Utilisé avec parcimonie pour des missions défensives – 15 minutes par match en moyenne -, il réussit à prévenir les tirs contre son camp aussi bien que l’élite des défenseurs de la LNH. Certes, il faut l’utiliser soigneusement pour obtenir ces résultats, rappelons-le.

Pardy tombe joueur autonome sans compensation cet été.

3. Cody Goloubef

Un jeune défenseur qui a piqué ma curiosité aux premiers coups de patin et… un nom comme Guillaume Lefrançois les aime!

Goloubef est un parfait inconnu même pour les plus fins connaisseurs, mais ça n’enlève rien aux atouts que lui vantent différents scouts étonnamment élogieux à son égard.

« La première fois que j’ai vu Cody, j’ai beaucoup aimé son jeu. Il est compact, fort et il en prend large. C’est un bon, puissant patineur. Il lit bien le jeu et possède un bon tir de même qu’une bonne régulière première passe. Il est un joueur solide dans les deux sens de la patinoire et pourra jouer sur le jeu de puissance. Il s’est aligné pour une équipe défensive à Wisconsin. Ses patrons de jeu prudents ont peut-être empêché les éclaireurs de voir son côté offensif, mais c’est bel et bien un futur défenseur top-4, voire top-3 (…) Il est solide. » – Jack Berzee, de la Centrale de recrutement LNH.

 

« Cody est un défenseur d’avenir. Il joue de façon robuste sans la rondelle et manie bien le disque. Il a le bagage complet. » – Mike Eaves, entraineur-chef de l’Université du Wisconsin.

 

« Goloubef est un défenseur intelligent doté de superbes talents offensifs, montrant une grande patience avec la rondelle. Il possède un bon tir et peut l’acheminer au filet. Il a une bonne vision, il suit bien le jeu et n’a aucun problème à alimenter ses coéquipiers. En outre, il réussit bien les longues passes. Ses décisions avec la rondelle sont excellentes, mais il devra se montrer capable d’exécuter plus rapidement pour avoir du succès au plus haut niveau. » – Hockey’s Future, site web spécialisé dans l’analyse de la relève.

 

Cet Ontarien s’est taillé un poste à temps plein dans la LNH sur le tard, à 25 ans. Et les circonstances favorisent le développement des jeunes dans l’actuel état des choses, à Columbus…

Goloubef est donc un joueur sous-estimé, dont la progression pourrait surprendre plus d’un. Sa valeur est basse et l’intérêt pour les Jackets de l’échanger est moindre, mais Bergevin pourrait tenter sa chance en offrant un Darren Dietz, Christian Thomas ou autre.

On jase là…

Suprenant, Sakio Bika

Sakio Bika était vraiment dangereux après tout.  Figurez-vous que notre Adonis Stevenson national a eu besoin de 12 rondes et du verdict des juges pour en venir à bout.

Bika a été envoyé deux fois au tapis, mais ça n’a pas semblé l’ébranler outre mesure. Même qu’il s’est relevé avec le sourire aux lèvres après la 2e chute.

Mais ce n’est pas ce qui nous intéresse en fait. On veut tous savoir ce qu’il en est d’un éventuel combat Stevenson-Kovalev. Le Krusher doit à priori défendre sa ceinture IBF  (probablement) face à l’aspirant obligatoire Nadjib Mohammedi (dans un combat qui aurait lieu cet été). On pourrait donc espérer un duel Kovalev-Stevenson aux alentours du 26 septembre dans le nouveau Colisée de Québec. Pendant ce temps, Adonis Stevenson en profiterait pour aller se battre en Haïti, lui

Face à un certain Craig Baker, un gars strictement embauché pour monter sur le ring et faire le sac de sable!

Le surnom de Baker? El Gato Negro!

À suivre…

Bulldogs vs. Comets
Les Bulldogs se mesurent/mesuraient ce soir au club-école des Canucks de Vancouver.

Brett Lernout, qui a été assigné à Hamilton plus tôt cette semaine, était rayé de l’alignement. Josiah Didier, lui, disputait quant à lui un 2e match chez les professionnels.

Les chances de faire les séries pour les ‘Dogs n’étaient que de 20%, avant la rencontre…

Sur une note plus positive, Charles Hudon a inscrit son 17e de la campagne sur une passe de Andrighetto. Il compte maintenant 55 points à sa fiche en 70 matchs. Il mène son équipe pour le nombre de matchs joués, les passes et les points, en plus d’afficher le 3e meilleur différentiel des siens, à +10.

En rafale
– Rob Ford a été élu au sein du conseil des directeurs du Temple de la Renommée, à Toronto! LIEN

Ridicule…

– Données intéressantes par-rapport à l’utilisation de David Desharnais versus Lars Eller.

– Montréal a envoyé un message fort à la ligue en rassemblant autant d’amateurs au Stade Olympique. Steve Rodgers a compris! LIEN

– Zdeno Chara a fait couler du sang avec une violente mise en échec. LIEN #Ayoye

– Voilà qui pourrait faire mal au Wild. Mikko Koivu est blessé à un oeil et sera réévalué sur une base quotidienne. Il a été retiré de la formation ce soir après avoir participé à la séance d’échauffement. LIEN

On veut connaître votre avis sur ces sujets là! N’hésitez pas à commenter dans la section ci-dessous!

PLUS DE NOUVELLES