Le Canadien a choisi la bonne année pour connaitre des difficultés

Pardonnez-moi si vous n’êtes pas parvenu à saisir l’entièreté de l’ironie qui réside dans ce titre…

Bien entendu, ce n’est pas dans l’optique d’accumuler les défaites que le Canadien s’est entendu avec le lent Karl Alzner puis s’est départi de son meilleur espoir, Mikhail Sergachev…

Cependant, il ne faut pas oublier que derrière la vague de pessimisme qui a été déclenchée par les récents déboires du Tricolore se cache un repêchage d’une qualité exceptionnel lors duquel un mince bassin d’espoirs pourra être regarni. Il est toujours trop tôt pour s’avancer avec précision sur le sujet, mais si la tendance se maintient, Trevor Timmins obtiendra l’opportunité de réussir où son directeur général a échoué lors de la dernière saison estivale, en mettant la main sur un centre ou un défenseur gaucher de premier plan.

Difficile d’aborder le sujet sans mentionner  la présence d’un talent de premier plan, en Rasmus Dahlin.

https://twitter.com/GLepageLNH/status/947840013319864321

Aucun doute, le Suédois s’avèrerait le partenaire parfait pour Shea Weber. Celui qui est considéré comme le futur premier choix de l’encan 2018 depuis plus de deux ans dispose de l’arsenal de qualités nécessaires pour devenir un arrière d’élite : créativité à un contre un, vision de jeu légendaire, robustesse ainsi que mobilité…et j’en passe!

Rasmus Dahlin ne peut être comparé à aucun arrière évoluant dans la LNH : avec son style unique, il parviendra rapidement à marquer son nom parmi ceux des meilleurs joueurs de la planète.

Malheureusement, le Canadien devra profiter d’un coup de chance incroyable pour arriver à greffer cette jeune sensation à son alignement. Sa position actuelle au classement général ne lui accorderait que 9,5% de chance de remporter la loterie…

Bonne nouvelle : le repêchage de 2018, c’est bien plus que Rasmus Dahlin. En se prononçant entre le troisième et septième échelon du prochain encan, Trevor Timmins devrait être en mesure de jeter son dévolu sur Ty Smith ou Quinn Hughes, deux arrières gauchers au potentiel immense.

Au-delà de ce besoin criant, l’organisation pourrait tenter de combler sa lacune persistante depuis la dernière décennie en dénichant un centre d’exception. En ce sens, Filip Zadina, Brady Tkachuk, Rasmus Kupari, Olivier Wahlstrom et Jesperi Kotkaniemi pourraient venir combler un trou énorme dans l’alignement du CH.

Tout ça pour dire qu’il n’y a pas que du négatif dans les infinies défaites du Canadien. L’ajout d’un joueur d’impact à une attaque jeune et au meilleur gardien de la planète pourrait nous offrir une saison 2018-2019 au-delà des attentes…

En Rafale

– Malaise évité: Nicolas Deslauriers ne recevra pas son trophée Molson vétu d’un veston cravate. Qui pivotera le quatrième trio?

– Entièrement d’accord.

– Au coeur de cette série de défaites, Claude Julien doit-il continuer de prioriser le sourire au fouet? Oui.

– Incroyable.

PLUS DE NOUVELLES