L’art de trouver du positif (chez Carey Price) malgré une saison médiocre

Carey Price connaît une saison misérable, certes la pire de sa carrière. C’est même moche de le voir s’exécuter devant la cage des siens. Une chose qui m’agace, au sujet de Carey, et c’est Daphnée Malboeuf qui l’a souligné lors de mon passage aux Columnists : pourquoi aurait-il un laissez-passer direct au Championnat mondial? La réponse est simple : parce qu’il s’appelle Carey Price. Je ne veux pas le basher, mais disons les vraies choses. Disons-les comme elles sont. Cette année, il n’a pas l’étoffe du meilleur gardien de la planète. Oh non!

Cela dit, malgré une saison désastreuse, le numéro 31 de la Sainte-Flanelle est en route vers un record. Oui, oui. Un record de succès et non de médiocrité. Carey Price n’est pas le meilleur de l’histoire du Canadien, parce que personne ne sera plus grand que le Roi (à mes yeux), mais il figure parmi les meilleurs de l’histoire du CH… sans aucun doute. Au moment de composer le texte, Price a joué 555 matchs avec le bleu-blanc-rouge.

Ce nombre de joutes lui permet d’apparaître au second rang du livre d’histoire des Canadiens de Montréal, tout juste derrière Jacques Plante, qui en a 556. Dans le cas du Roy Patrick, il complète ce top-3 avec 551 rencontres. Price voulait-il revenir afin de passer devant Plante d’ici la fin de la campagne? Je ne crois pas… mais il devrait trôner au sommet à la toute fin de 2017-18.

En 2018-19, Price sera encore à la chasse. Price tentera cette fois-ci de dépasser Plante au niveau des gains avec l’organisation. Plante a décroché 314 victoires avec la formation, Roy 289 et Price, 286. Donc, avant de s’installer au sommet, Price devra dépasser Patrick Roy pour ensuite courir après le grand Plante.

Price est également parmi le top-5 au chapitre des blanchissages… Vous voyez bien qu’on peut trouver du gros positif à travers une saison aussi minable. Quand on le veut, on le peut! En voici encore, d’ailleurs.

En rafale

– Le visage du Canadien ressemblait à ça, lors de l’entraînement matinal.

– Les femmes de Carey Price ont fait un beau sourire au petit Brendan Gallagher.

 

– Je trouve ça très cute ce genre de portrait.

– James Neal ne s’est pas trompé. Son équipe est bel et bien classée pour la valse du printemps.

– Voici un drill que les entraîneurs devraient faire lors d’un entraînement.

– Le fils du grand Selanne réussira-t-il à suivre ses traces?

PLUS DE NOUVELLES