La résilience de Taylor Hall

Les Devils du New Jersey ont réalisé un coup fumant en faisant l’acquisition du rapide ailier en retour d’Adam Larsson en juin 2016. À ce moment, la planète hockey n’avait qu’une seule conclusion à cet échange : Les Oilers ont enfin leur défenseur qu’ils recherchent depuis trop longtemps. Quasiment personne ne réfléchissait à l’impact qu’aurait le tout premier choix du repêchage de 2010 avec sa nouvelle équipe.

Presque deux saisons plus tard suite à ce déménagement de l’Ouest canadien à la banlieue de la Grosse Pomme, Taylor Hall fait royalement passer Ray Shero pour un génie et Peter Chiarelli pour un novice. Sa première campagne fut plutôt modeste avec les Diables avec 20 filets et 53 points. Par contre, c’est bien différent cette année pour l’ailier gauche de 26 ans. En effet, Hall compte déjà 69 points en 59 joutes. Il s’agit d’une récolte plus qu’intéressante pour celui qu’on ne considérait pas comme un joueur élite du côté des Oilers.

En plus de noircir la feuille de pointage plus souvent qu’à son tour, sa constance fait également jaser à travers de la ligue. Grâce à un but hier face aux Panthers, Taylor Hall a maintenant inscrit au moins un point dans un 23e match consécutif. Ce même but, son 28e de la campagne, est d’ailleurs un nouveau record personnel pour sa carrière de huit saisons.

Chose certaine, les surprenants succès des Devils s’expliquent en grande partie par la prestation de ce joueur depuis octobre dernier. Un Hall plus mature, expérimenté et toujours aussi talentueux est sans aucun doute le leader de cette jeune équipe. Quoi de mieux qu’un vétéran de la sorte pour épauler un autre premier choix au total, soit celui de 2017, Nico Hischier. Qui aurait cru que le mot « leader » serait dans la description de Taylor Hall un jour? Certainement pas les Oilers. Pourtant, il en est tout un présentement à Newark.

Les Devils seraient-ils autant prétendants à une place en séries sans lui? Pas certain. De leur côté, l’ancienne équipe de Taylor Hall connaîtrait-elle moins de déboires cette année avec lui dans leur alignement? Imaginez un duo Connor McDavid et Taylor Hall complété par un Jesse Puljujarvi pour équilibrer les trios ou encore un Leon Draisaitl sur l’avantage numérique… Pas besoin d’en rajouter pour vous faire saliver!

En Rafale

– Steve Yzerman aime être bien entouré et cet homme en est la preuve! Quel génie du recrutement!

– Verrons-nous Jake Evans avec le Rocket, voire le CH, très bientôt?

– Comme quoi un petit tour dans les mineures n’est pas nécessairement néfaste…

– L’actuelle saison prouve finalement que MacKinnon appartient à l’élite de la LNH.

– Il ne faut pas trop en laisser passer des jeunes québécois talentueux de la sorte…

PLUS DE NOUVELLES