La LNH trouve encore une façon d’être archaïque

L’ami Christophe Perreault, du site 25Stanley, a publié un papier qui a aussitôt attiré mon attention. Le genre de texte qui coule bien et où des informations séduisantes s’y retrouvent. Le sujet touché concerne le nombre de dirigeants qui ont joué la game et l’exercice est de comparer la LNH, la NBA et la MLB. La Ligue nationale a toujours été un peu en arrière, si l’on compare aux autres grosses ligues. Et, une fois de plus, un autre exemple concret justifie cette pensée.

Au sein du circuit dirigé par Rob Manfred, la MLB, environ 90% des directeurs généraux ou des présidents des opérations baseball ne sont pas d’anciens joueurs. Brian Cashman, les GM des Yankees de New York, qui n’a jamais joué un match dans le show, demeure le meilleur de sa profession.

Dans la NBA, 75% (environ) des gérants n’ont pas chaussé des Nike afin de prendre part à une joute sur les planches d’un terrain de la NBA. Dans la Ligue nationale, il n’y a que Stan Bowman, Chuck Fletcher, Pierre Dorion, Doug Armstrong, Ray Shero, Lou Lamoriello, John Chayka, David Poile et Jeff Gorton qui ne se sont pas présentés sur une patinoire de la Ligue nationale. Ça, c’est neuf sur 31. TRÈS peu.

Afin de ne prendre aucun risque, les propriétaires semblent préférer remettre le côté hockey à des anciens qui ont joué la game. Qui savent comment ça se joue. En quelque sorte, pour devenir un commandant dans la LNH, tu dois connaître des gens, avoir une tonne de contacts. Dis-moi qui tu connais et je t’embaucherai.

Au fait, est-ce qu’il peut y avoir un lien avec l’arrivée tardive des statistiques avancées dans la LNH? Dans la MLB et même la NBA, cette facette est utilisée depuis TRÈS longtemps. Si on dit que le baseball est un sport de puristes, je me demande comment devons-nous qualifier la NHL, qui tarde toujours à suivre la parade des autres gros joueurs…

En rafale

– Claude Julien a encensé Nikita Scherbak et si celui-ci joue comme le weekend dernier, il ne retournera pas en-bas.

– Un moment tellement émotif pour Marc-André Fleury.

– À cause d’un ligament touché, Bobby Ryan ratera au moins trois semaines supplémentaires.

– J’adore cette complicité entre P.K. Subban et Hal Gill.

– Quelle manœuvre de ce choix de premier tour des Jets de Winnipeg.

PLUS DE NOUVELLES