La liste du CH en 3e ronde

La stratégie préconisée par les recruteurs devrait être la suivante: s’élancer constamment pour le coup de circuit en espérant repêcher une vedette aux trois ou quatre ans. La science du développement et le taux d’insuccès montre trop d’incertitudes pour adopter une approche prudente.

Ça, c’est la marche à suivre en 1re et 2e ronde. À partir du 3e tour, la donne n’est plus la même. La plupart du temps, il faut regarder où personne ne regarde, voire où personne ne daigne de regarder. Parfois, il faut se tourner vers cet espoir dont la plupart des équipes ne toucheraient pas avec une perche de 20 pieds, mais auquel on soupçonne un talent bien gardé.

En 1re ronde, on sélectionne un joueur parce qu’on lui trouve des habiletés intéressantes. Or, lors des rondes extérieures, on sélectionnera un joueur parce qu’on croit en son potentiel de développer cesdites habiletés.  Ce qu’on espère du jeune n’est encore que poussière.

Après avoir choisi au 1er tour, le Canadien devra attendre jusqu’au 87e rang pour reprendre la parole en vertu de sa sélection de 3e tour. Voici la liste des joueurs à cibler.

1. AJ GREER, AG gaucher, 6’3, 204 lbs.
Certains voient en lui le diamant brut de ce repêchage. Greer a commencé sa carrière universitaire prématurément. Habituellement,  les espoirs évoluent dans la USHL à leur année d’admissibilité avant de faire le saut dans la NCAA.  Il a souffert de cette ascension hâtive et a affiché de très faibles statistiques cette année avec la Boston University. Ne le rayez pas de l’équation pour autant puisqu’il a fait des débuts remarqués dans la USHL l’an dernier, enfilant 3 points en 2 matchs. S’il avait poursuit son apprentissage dans cette ligue, qui sait si son apport ne se serait pas mesuré à celui de Brock Boeser ou Tomas Novak?

Greer est peut-être un rouleau compresseur sur patins, ses mains ne sont pas enduites de ciment et son tir est d’une vélocité surprenante. Le long des rampes, il se fraie un chemin en patinant à une vitesse très honnête par rapport à son gabarit.  Sans être dynamique, sa force brute lui permet de se rendre du point A au point B. Le natif de Joliette a des talents scellés qui ne demandent qu’à être libérés.

2. DMYTRO TIMASHOV, AG ou AD gaucher, 5’10, 187 lbs.
Le style de Timashov est facile à cerner: il est un distributeur qui rôde dans la périphérie pour alimenter des coéquipiers campés dans les zones chaudes. Il privilégie la passe au lancer de façon abusive, bien que son malin tir soit une arme sous-estimée. Un maestro des entrées de zone dans le circuit junior, l’Ukrainien possède les mains pour slalomer dans le trafic. Avec la rondelle, Timashov reste évasif en changeant le tempo, mais sa stature frêle ne lui permet pas de se faire justice dans les coins face aux défenseurs les plus costauds. S’il dévoile au grand jour son visage de franc-tireur, les anciennes attentes seront à jeter aux orties.

3. CONOR GARLAND, AD, 5’8, 165 lbs.
Le meilleur pointeur de la LHJMQ cette année. Son style est si spectaculaire que c’est à se demander s’il n’est pas la version hockey d’un Harlem Globetrotter plutôt qu’un futur joueur de la LNH. Ses feintes à un contre un sont efficaces et tenter de le mettre en échec revient à jouer au chat et à la souris. Garland a aussi une excellente vision et une compréhension des patrons de jeu menaçants qui mènent habituellement aux buts. Sur l’avantage numérique, lui et Ivan Barbashev ont été de la pure dynamite. Mis à part le jeu musclé sans la rondelle, la taille de Garland n’est pas une si grande faiblesse et il serait criminel qu’il soit ignoré pour une 2e fois étant donné les récents succès des petits joueurs dans la LNH.

4. ANTHONY CIRELLI, C, 6’0, 165 lbs.
Le héros de la Coupe Memorial et le candidat au titre d’espoir le plus amélioré dans les années à venir. Tous les signes pointent vers un late bloomer qui n’a fait que commencer à découvrir ses capacités lors de la finale. Les trajets qu’il emprunte avec la rondelle – de même que ses choix de passe – sont inorthodoxes, mais la plupart du temps efficaces. Cirelli est un bourreau de travail avec le feu dans les yeux et ce n’est pas un cliché de dire qu’il est un joueur de caractère. Sa perception originale du jeu et ses sens du hockey élevés font de lui un espoir digne d’être choisi en 3e ronde. À 6’0 et seulement 165 livres, son index de volatilité est le plus haut de la cuvée de 2015, alors qu’il peut prendre beaucoup de coffre et gagner en capacités athlétiques.

MENTIONS HONORABLES: Dennis Yann, Alexandre Carrier.

En rafale
– Brandon Carlo, un choix logique pour le CH au repêchage? LIEN

– David Pagnotta analyse la situation en Arizona. LIEN

– L’option de relocalisation n’est pas aussi lucrative que l’alternative d’expansion! Mais ça dépend du timing

Malheureusement, il ne faut pas se faire trop de faux espoirs pour le moment.

– Dilly Duka parle de sa blessure.

– Bishop a encore les commandes…

Tiendra-t-il le coup? LIEN

– Aucun joueur de la LNH ne figure dans le top-100 des athlètes les mieux payés! LIEN

– Timonen pourrait avoir son mot à dire dans une conquête de la Coupe Stanley, finalement! LIEN

– Inutile de dire que la LNH est très déçue de la tournure des évènements à Glendale. LIEN

– Pas fou l’idée!

– La ville de Moncton était-elle trop petite pour accueillir la Coupe du monde? LIEN

– Michel Platini refuse de dire s’il se présentera comme candidat à la présidence de la FIFA! LIEN #BlatterIsGone

– PA Parenteau attend Lars Eller pour manger.

– Les Kings essaieront encore d’échanger Mike Richards. LIEN

Bonne chance…

– Todd Nelson serait dans la course pour le poste d’entraineur des Griffins.

– Maury Bown, de Forbes, partage une nouvelle information à propos d’une future relocalisation. LIEN

– Mikko Koivu à Montréal? Martin Lemay se prononce: LIEN

Moi non plus, je ne toucherais jamais à son contrat…

– Bickell ne jouerait pas ce soir. Versteeg prendrait sa place.

Oduya est un cas incertain mais devrait jouer.

– Un joueur des Leafs nous a confié sous le couvert de l’anonymat qu’il ne croit pas que Phil Kessel fera long feu avec Babcock, ajoutant mot pour mot « he could be returning, but I’d be really surprised » Ça sent vraiment la transaction. On verra bien…

PLUS DE NOUVELLES