La fin de la sécheresse chez les Stars?

L’été dernier, tout indiquait que les Stars feraient un retour marqué en séries éliminatoires en 2018. Les signatures et transactions de Jim Nill étaient garnies de fleurs et l’équipe a été courronnée par plusieurs championne de la saison estivale de 2017.

On connaît tous la suite. Les Stars se sont effondrés et ne se sont jamais relevés, ratant les séries pour une deuxième saison consécutive.

En 2018, les étoiles ont connu un été beaucoup plus tranquille. Le retour de Valeri Nichushkin fait jaser, et Anton Khudobin deviendra le second de Ben Bishop. Roman Polak devrait aider l’équipe à exercer plus de pression physique à l’adversaire, et Blake Comeau est vu comme celui qui aidera le groupe attitré au désavantage numérique à être plus efficace.

Mais l’arrivée principale, la plus attendue, est celle de Jim Montgomery. L’entraîneur qui a passé 5 ans à l’Université de Denver, remportant les grands honneurs en 2017, obtiendra sa première chance dans la LNH. On parle d’un vent de fraicheur très attendu, après le départ de Ken Hitchcock.

Les Stars devront composé avec le départ de Antoine Roussel et Dan Hamhuis, qui avaient un impact considérable avec la formation.

Par contre, de jeunes joueurs comme Miro Heiskanen, Denis Gurianov, Roope Hintz et Riley Tufte pourraient se faire valoir au camp d’entraînement afin de se dénicher un poste avec le grand club.

Jamie Benn — Tyler Seguin — Alexander Radulov

Radek Faksa — Jason Spezza — Valeri Nichushkin

Blake Comeau — Martin Hanzal — Brett Ritchie

Mattias Janmark — Devin Shore — Tyler Pitlick

Esa Lindell — John Klingberg

Miro Heiskanen — Julius Honka

Marc Methot — Roman Polak / Stephen Johns

Ben Bishop

Anton Khudobin

C’est loin d’être mauvais, et une place en séries éliminatoires n’est pas impossible. Mais il faudra que certains jeunes se démarquent dans la LNH avant que le titre d’aspirant soit disponible.

Ça reste à voir. Il serait définitivement rafraîchissant de voir les Stars en séries en 2019. Ils le méritent, après toutes ces années décevantes.

En Rafale

– Malkin dans les coulisses de la Coupe du Monde.

– Plus que possible.

– Du club-école des Penguins à celui des Flyers… et à celui des Penguins.

– En rappel.

 

 

 

 

PLUS DE NOUVELLES