Karl Alzner est l’un des meilleurs joueurs de la LNH dans une facette précise du jeu

La LNH est une ligue de copieurs.

Plagier le modèle employé par l’équipe emportant la Coupe Stanley devient de plus en plus populaire. Ce phénomène explique notamment la vitesse de jeu qui augmente au fil des ans suivant les succès des Penguins de Pittsburgh en séries éliminatoires.

On peut toutefois trouver quelques formations qui tentent de sortir du lot et qui partent à contrecourant, se moquant des tendances modernes du circuit Bettman. La nouvelle défensive du CH se rattache bien à cette image.

Au diable les arrières qui transportent la rondelle ou qui sont reconnus tels que des experts en matière de la relance de l’offensive, bienvenue à ceux qui savent bien se positionner dans leur propre territoire!

L’homme qui vient confirmer cette tendance est sans contredit le nouveau venu Karl Alzner. Comme vous pouvez le constater, ce joueur old school n’hésitera jamais à sacrifier son corps afin d’exceller défensivement.

Cette statistique devrait-elle nous enjouer? Plusieurs défenseurs avouent qu’ils ressentent une fierté énorme à se dresser devant les lancers adverses. Le hockey est un sport de dur dans lequel ne pas tout mettre sur la table pour réussir est extrêmement mal perçu…

Sauf que cette pratique assujettit les hockeyeurs à une tonne de blessures. Au moment où l’on se parle, le meilleur défenseur gaucher du CH n’est même pas capable d’ouvrir un vulgaire pot de beurre de peanut avec ses mains, tellement elles ont été maganées par son métier. Ouch!

Le jeu en vaut-il la chandelle?

En plus de ce risque colossal, certaines recherches indiquent que tenter de bloquer certains tirs peut nuire plutôt qu’aider, défensivement. Conserver un bon positionnement poussant l’adversaire en périphérie, le forçant ainsi à s’élancer en périphérie peut s’avérer beaucoup plus efficace que de reculer vers son gardien dans le but d’arrêter un tir, lui obstruant au passage la vision.

Donc, peut-on s’attendre à ce que Claude Julien demande au 22 de modifier son jeu? Seul l’avenir nous le dira. Toutefois, il ne faudrait pas être surpris si le défenseur ne bloquait pas les lancers au même rythme qu’à sa dernière campagne : ces chiffres sont sujets à changer lorsqu’un joueur passe d’un système de jeu à un autre.

De toute manière, Karl Alzner, c’est bien plus qu’un pantin qui se jette au sol fréquemment pour arrêter des rondelles : le Canadien a mis la main sur un homme plus polyvalent que ne l’indique la tendance populaire. Son départ étrange de Washington explique-t-il les préjugés à son égard?

Pourtant, rien n’indique que les Capitals n’auraient pas consenti le pacte au défenseur s’il en avait eu le loisir. Il reste actuellement 4 millions sur la masse salariale de l’équipe pour sept joueurs…

Alzner est très bon. Il n’a tout simplement pas été privilégié à Evgeny Kuznetsov et TJ Oshie, dans la capitale américaine. Une décision des plus sages, vous en conviendrez…

En Rafale

– Quelle aubaine!

– Une grêve à prévoir pour l’ailier?

– Les Oilers? Oui. Les Flames? Non.

– Un enfant pour cette vedette!

– Gardez ce nom en tête.

– Été décevant à San Jose…

PLUS DE NOUVELLES