Julien Brisebois et Patrick Roy : de simples coïncidences

On n’a pas le choix d’en parler, malheureusement.

Alors que plusieurs voient le poste de Marc Bergevin comme étant en danger, en raison des insuccès du Canadien, deux des noms qui sont les plus populaires, lorsqu’on parle de remplacement, ont été liés au Tricolore de manière potentiellement et très probablement non intentionnelle.

Julien Brisebois, l’assistant de Steve Yzerman, à Tampa Bay, a été aperçu à l’aéroport de Montréal, hier soir.

Comme Marinaro l’a souligné, il est surement en ville pour passer du temps avec sa famille pour le Nouvel An. La saison de son équipe va assez bien et j’imagine qu’il peut se permettre un petit congé familial dans sa ville natale, non?

Toutefois, puisqu’on n’a pas de précision officielle qui concerne son arrivée dans la métropole québécoise, il est permis de rêver. En théorie, il devrait être à Columbus, avec le Lightning, à Syracuse, avec le club-école, ou encore à Buffalo pour le Championnat du Monde Junior. S’il n’est pas ici pour sa famille, il n’y a qu’une autre raison possible. J’ai bien dit «si».

L’an dernier, Michel Therrien avait été congédié avant d’être automatiquement remplacé par Claude Julien. Un scénario semblable dans le bureau du directeur général est-il possible?

Soyons un peu logiques. Ça n’arrivera jamais. Brisebois a un emploi où il est très bien payé, où il a beaucoup de responsabilités et que son équipe performe. Il n’acceptera pas une offre du Tricolore en pleine saison, jamais.

Il a mal choisi son moment, mais il est ici pour sa famille. Venons-en à l’évidence.

Et que dire de Patrick Roy? N’en faisons pas tout un plat, pour l’amour de Dieu.

Il habite en Floride et était assis à 3 sièges de Claude Julien. S’il était là pour prendre la place de Marc Bergevin, on aurait fait ça de manière un peu plus subtile, vous ne croyez pas?

En Rafale

– Rêvons.

– Ça s’en vient, à Montréal.

– Du pareil au même.

– Michael Frolik a passé sous le bistouri la nuit passée.

PLUS DE NOUVELLES