John Tavares a été hué copieusement

Le 1er juillet 2018, John Tavares a paraphé un pacte monstrueux de 77 millions de dollars (7 ans) avec les Maple Leafs de Toronto, l’équipe de son enfance. Au final, il a opté pour ce sentiment d’appartenance au lieu de se tourner vers les Sharks de San Jose, une organisation qui a tout fait pour le séduire.

Lors de la journée des médias à San Jose hier, en vue du Match des étoiles, les partisans ont sorti les hurlements. Tous les joueurs présentés ont été acclamés sauf un… John Tavares. Le membre des Leafs a reçu une multitude de huées dans les oreilles.

Les amateurs de San Jose sont reconnus pour être intenses et les équipes adverses peuvent en témoigner. Ces gens-là se souviennent donc parfaitement que Tavares a décliné une offre que Doug Wilson lui a déposée. C’est fort simple, à la fin du derby, ça semblait se jouer entre les Sharks ou les Leafs. Voici une séquence où l’on attend parfaitement le mécontentement des gens.

En plus de cette tonne de huées, John Tavares a reçu une petite critique de la nouvelle vedette des Islanders au préalable. Mathew Barzal, qui a discuté avec Frank Seravalli (TSN) hier, n’est pas passé par quatre chemins pour expliquer la différence entre cette mouture-ci des Islanders versus celle de 2017-18, où Tavares en était toujours le capitaine : la seule différence, c’est que nous n’avons aucun joueur qui est traité différemment. Que ce soit Mathew Barzal, Anthony Beauvillier ou Cal Clutterbuck, tout le monde a le même statut.

Peut-être que Barzal dit les vraies choses au sujet de Tavares (qu’il était traité différemment), je ne suis pas dans les vestiaires pour affirmer quoi que ce soit à son sujet. Par contre, une chose qui n’est pas négligeable au sujet du rendement des Isles édition 2018-19 : Barry Trotz. Cet homme demeure l’un des trois meilleurs pilotes du circuit et il peut à lui seul (ou presque) transformer un joueur et une équipe complète. Ne faites que penser à Alex Ovechkin.

Tout compte fait, ce n’était pas la journée de John Tavares hier…

En rafale

– Une théorie simple et « vraie » de Pekka Rinne au sujet du pourcentage des gardiens.

Wow. Je viens tout juste de tomber sur cette séquence… Tavares qui a rudoyé Tom Wilson.

– Lui, c’est un vrai. Un guerrier. Un grand leader.

– J’adore!

– Il sera peut-être victime de la stratégie de son agent.

PLUS DE NOUVELLES