Jakub Jerabek exprime son désir de demeurer à Montréal

Avant que le camp d’entraînement n’ouvre ses portes et que les premières parcelles d’action aient été analysées par les partisans, cette saison, Jakub Jerabek ne demeurait qu’un inconnu. On ne savait que son nom, son profil ainsi que les statistiques qu’il avait accumulé dans son pays natal.

Personne ne savait à quoi s’attendre de lui.

Puis, la saison a pris son envol (sans Jerabek) et pendant que le Tricolore en arrachait, le défenseur de 26 ans apprenait et ajustait son jeu au style nord-américain. Rapidement, il s’est démarqué.

Le Canadien lui a passé un appel, le 22 novembre, et depuis, il est à Montréal.

Mais rien n’a été facile. Il a dû travailler fort afin de gagner son temps de jeu et récemment, ç’a payé. Le 15, 17 et 19 janvier dernier, Jerabek a débloqué offensivement et inscrit son nom à la feuille de pointage à quatre reprises.

L’ajustement aura été difficile, il n’y a pas l’ombre d’un doute.

Mais aujourd’hui, malgré ses récents séjours dans les estrades, il demeure positif et réitère son désir de demeurer à Montréal et de décrocher un nouveau contrat.

Lorsqu’on analyse la situation d’une manière plus globale, on n’a pas le choix d’avoir beaucoup de respect pour ce qu’il a accompli. Il est très dur de quitter une équipe où ton implication est primordiale pour te retrouver dans un pays étranger où ton poste avec ta nouvelle équipe est loin d’être assuré : « Je n’ai jamais vraiment été laissé de côté avant. J’étais toujours un des leaders de l’équipe. »

Les instincts offensifs du défenseur tchèque l’ont aidé à s’adapter et malgré les épreuves, Jerabek démontre sa grande maturité avec ses commentaires.

« C’est vraiment un apprentissage. Si tu es dans les gradins, tu fais quand même partie de l’équipe. Tu dois regarder les matchs et savoir ce qui se passe dans chaque situation. J’apprends, même si je ne fais que regarder. J’apprends des erreurs des autres, mais aussi des bonnes passes, bons jeux, bons positionnements. Il y a beaucoup de gars avec beaucoup d’expérience qui peuvent être un modèle.

Il a ensuite fini en disant que lui et sa copine aimaient vraiment la ville, malgré l’hiver, et qu’il désirait rester avec le Canadien l’an prochain.

Noah Juulsen viendra-t-il déranger ses plans?

Si Jerabek veut un one-way, peut-être. Mais s’il accepte un two-way, je ne pense pas.

En Rafale

– Brad Marchand est de retour.

– Imaginez…

– Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

– Un beau plateau!

PLUS DE NOUVELLES