Jackson ou Mancosu?

Un faux débat, diront certains, et peut-être auront-ils raison, mais il reste qu’à presque exactement un mois du début de la saison, la question se doit d’être posée. Si Rémi Garde a d’entrée de jeu affirmé que son gardien partant serait Evan Bush, il n’a rien confirmé pour ses attaquants et semble laisser la porte ouverte à l’un d’entre eux de gagner le poste de partant durant le camp d’entraînement.

Les deux joueurs ont chacun eu leur moment de gloire lors des deux dernières années. Il ne faut pas oublier que Matteo Mancosu est débarqué en 2016 au mercato d’été dans une indifférence presque totale. Avec un Didier Drogba qui terrorisait les défenses adverses, on parlait au mieux d’un ajout de profondeur, au pire d’une pré-retraite pour un joueur de Série B.

Mais the rest is history, comme ils disent, ou plutôt presque de l’histoire. Matteo Mancosu, obscur attaquant ayant traîné ses valises un peu partout en Italie, a délogé de son poste Didier Drogba et a été décisif en séries éliminatoires, marquant contre DC United, contre les Red Bulls de New York puis contre le Toronto FC en demi-finale.

Après son arrivée à la mi-saison 2016 et en y ajoutant les séries éliminatoires, Matteo Mancosu a récolté 7 buts et 6 passes décisives en 20 matchs et 1176 minutes, des chiffres de qualité en MLS. Surtout, Mancosu a réussi là où de nombreux joueurs ont échoué, il a développé une réelle compréhension sur le terrain avec Nacho. Il savait comment créer des ouvertures pour l’Argentin, comment se faire oublier en retrait au haut de la surface et marquer d’un tir précis depuis le dos de la défense. Ça en a impressionné plus d’un, et Adam Braz le premier alors qu’il lui a offert un contrat de quelque 700 000$ par saison.

Mais voilà, vous connaissez la suite. Mancosu a perdu tous ses moyens en 2017, étant incapable de capitaliser offensivement, de trouver son rythme ou sa place dans le système de Biello. Le résultat fut un total de 7 buts et 2 passes décisives en 28 matchs et près de 2000 minutes. Au niveau statistique, c’est moins bien qu’en 2016, mais pas nécessairement si catastrophique. Ce qui a surtout dérangé, c’est sa manie d’être complètement absent durant les matchs, de ne pas se faire remarquer, de ne plus créer de magie avec Piatti comme il nous y avait habitués l’année précédente. Dans un effort de rédemption, Mancosu a affirmé que des problèmes de santé l’avaient ralenti l’an dernier, ce qui expliquerait ses difficultés. Il reste qu’à déjà 33 ans, les problèmes de santé sont loin, très loin, d’être terminés. A-t-il encore ce qu’il faut ? Même s’il était surtout un fantôme l’an dernier, il demeure capable de coups d’éclat magnifiques.

Mais celui que Matteo Mancosu devra surpasser, celui que la plupart des partisans voient désormais comme l’attaquant numéro 1 de l’Impact, celui qu’Olivier Brett a surnommé le « Bombardier de Limoilou », le petit gars de Québec avec Montréal tatoué sur le bras, celui qui reprend le #11 de Didier Drogba (et de Dilly Duka, pour ce que ça vaut), c’est Anthony Jackson-Hamel.

Jackson a été signé comme homegrown par l’Impact le 1er août 2014, et l’équipe lui a offert 5 présences MLS en 2014 pour un petit total de 132 minutes et aucun point. En 2015 et en 2016, il s’est promené entre le FC Montréal en USL et l’Impact de Montréal. Incapable de réellement s’imposer avec l’Impact, il a fait tranquillement ses marques en USL et était devenu simplement trop fort pour cette ligue en 2016 où il évoluait avec un certain Ballou Tabla, aujourd’hui avec le FC Barcelone B (sans blague!). 9 buts et 1 passe décisive en seulement 16 rencontres et 1192 minutes, sans oublier les 2 buts en 3 rencontres qu’il avait accumulées en 2015.

Jackson était donc fin prêt pour la MLS l’année dernière, mais il a tout de même dû ronger son frein plus longtemps qu’il ne l’aurait voulu. En 23 matchs et 1246 minutes de jeu, l’attaquant québécois a marqué à 10 reprises en plus d’ajouter 4 passes décisives. Non seulement ses statistiques étaient supérieures à celles de Mancosu, mais il avait surtout la manière. Impliqué, physique, créatif à ses heures, Jackson a démontré en 2017 qu’il avait ce qu’il fallait pour être un vrai joueur de MLS. On a longtemps douté de ses qualités de partant considérant qu’il semblait plus efficace lorsqu’il entrait en cours de match et surtout qu’il semblait souffrir de crampes tard dans les matchs, mais on peut affirmer qu’il a vaincu cette présomption l’an dernier.

Au point où nous en sommes, à quelques jours du début des matchs préparatoires pour l’Impact, force est d’admettre qu’il serait fort surprenant de voir Rémi Garde ajouter un autre attaquant. Il devra donc éventuellement choisir. Jackson ou Mancosu? Deux joueurs totalement différents dans le style, dans la personnalité, dans leurs forces et dans leurs faiblesses. Le joueur local de 24 ans, charismatique, aimé des partisans, face à l’italien plus réservé de 33 ans.

Le choix peut sembler simple, mais Mancosu conserve un léger avantage au niveau statistique. Jackson cumule 12 buts et 4 passes décisives en 45 matchs alors que l’italien a 14 buts et 8 passes décisives en 48 matchs.

Rémi Garde a probablement l’intention de compter sur les deux joueurs. La saison est longue et les deux attaquants sont propices aux blessures, il s’agira donc à chacun de trouver une manière d’être efficace lorsqu’il est appelé et nommé comme partant. Les 5 prochains matchs préparatoires seront toutefois décisifs pour ce qui est du premier match de la saison, et je suis pratiquement certain que Rémi Garde n’a toujours pas fait son choix. Le poste demeure à gagner pour le 4 mars prochain.

Quel serait votre choix?

DANS L’ABRI
– Même si plusieurs rumeurs stipulaient que l’Impact tentait de refiler Mancosu à un club de Série B, Rémi Garde compte sur lui pour jouer un rôle en 2018 (et il s’excite peut-être un peu… #Cavani)

– Une ligue de pré-retraite, la MLS? Ce n’est plus vrai du tout, et j’adore ça.

– Avant Ballou, il y a eu John.

Je vous invite d’ailleurs à suivre et lire le récent blogue Viau Park, qui offre toujours de l’excellent contenu.

– Jermaine Jones ne voulait rien savoir d’aller jouer avec la Nouvelle-Angleterre lorsqu’il est revenu en MLS, mais Don Garber et la ligue l’ont obligé. Pauvre Lee Nguyen…

Commentez, partagez, et suivez-moi sur Twitter et Facebook.

ALLONS!

PLUS DE NOUVELLES