Une interdiction de parler français dans le vestiaire d’ÉCJ? Rien de tel selon Lalancette! | Clarke MacArthur réalisera-t-il le miracle de revenir au jeu?

Publié le 10 janvier 2017 à 20:26 par

Nicolas Cloutier

Bonsoir!

Julien Gauthier ne se doutait probablement pas que ses propos allaient semer autant la controverse, lorsqu’il a accordé une entrevue à Dave Morissette après la conclusion des championnats mondiaux. Le Québécois s’était notamment confié sur la difficulté de communiquer constamment en anglais dans un vestiaire majoritairement anglophone.

Photo: TVA Sports

Photo: TVA Sports

De quoi faire réagir Réjean Tremblay, qui a signé ce qui apparaissait comme une chronique tout à fait raisonnable selon les informations que nous croyions détenir à ce moment.

L’ailier de puissance se serait-il mal exprimé? Nous avons été plusieurs à y voir une interdiction formelle de parler français dans le vestiaire d’Équipe Canada junior, mais selon Mikaël Lalancette, il n’y avait rien de tel.

Pourtant, Gauthier prononce très clairement les mots «t’as pas le droit de parler français». Y a-t-il vraiment place à une mauvaise interprétation ou à quelconques nuances? 

Les francophones auraient été simplement encouragés à employer la langue de Shakespeare afin d’inclure leurs coéquipiers anglophones dans leurs discussions. Ce serait avant tout un principe d’unité qui était valorisé.

Selon Lalancette. 

Aux dires du journaliste de TVA Sports, il y a bel et bien eu des interactions entre les joueurs québécois en français… et entre les entraineurs Dominique Ducharme et Joël Bouchard également. Mais lorsqu’on sentait le besoin d’être compris par tout le monde, on utilisait l’anglais.

Ah bon.

Joue-t-on sur les mots? Jusqu’à quel point est-ce qu’Équipe Canada insistait pour que l’anglais soit employé dans le vestiaire, au détriment du français?

Allez savoir… Mais il est clair que la majorité anglophone avait le gros bout du bâton, quant à la langue à prioriser.

Clarke MacArthur pourrait réussir l’impossible: un retour au jeu

L’attaquant des Sénateurs Clarke MacArthur a subi quatre commotions cérébrales au cours des 18 derniers mois et la dernière, subie lors d’un match intra-équipe en septembre dernier semblait sonner le glas de sa carrière. Une lourde mise en échec jugée non nécessaire que lui a asséné le joueur marginal Patrik Sieloff l’avait mis au tapis.

MacArthur n’entendait pas annoncer sa retraite même si son état de santé est plus précaire que jamais. Il serait même à un cheveu de réaliser ce que tout le monde croyait impossible: un retour au jeu, approuvé par les médecins de l’équipe. L’ailier gauche de 31 ans n’a besoin que d’un petit examen médical allant en sa faveur pour être considéré apte à revenir dans la formation des Sénateurs.

En rafale
– La chanson «Le But» de Loco Locass a été reconnue comme la troisième meilleure célébration d’après-but par TheHockeyNews. Très cool!

– On s’attendait à une baisse de régime chez le Canadien avec les blessures… Mais quelle baisse de régime? Elle n’est jamais venue! (RDS)

– La preuve que Michel Therrien n’est plus le même entraineur aujourd’hui! (98,5) #AdapteToiOuMeure

– Ben oui. Quand une équipe transige un choix dans les années 2020, c’est éventuellement pour quelqu’un qui est kid aujourd’hui!

– Apprenez-en plus sur Ryan Johnston… un vrai rink-rat qui a un lien de parenté avec l’ancien entraineur-chef des Penguins!

– Il n’a disputé que deux matchs, mais les statistiques d’Halak dans la Ligue américaine sont reluisantes jusqu’à maintenant. (HockeyDb)