Hudon est en train de devenir celui qui est trop bon pour la AHL et pas assez pour la LNH

Charle Hudon est trop fort pour la Ligue américaine, mais pas suffisamment pour la Ligue nationale. Quand même une bonne blague, non? Hudon n’a pas été capable de s’imposer cette année pour un paquet de facteurs, mais il l’a fait l’an dernier. Donc, pourquoi, soudainement, est-il devenu le 14e attaquant du Canadien? Que s’est-il passé entre 2017-18 et 2018-19? Une question de confiance? Une question de ne pas l’utiliser sur une 4 parce qu’il ne cadre pas dans le portrait que Claude Julien veut donner à son unité de profondeur?

Mais pourquoi on lui a enlevé sa confiance?
(Crédit: Élizabeth Rancourt)

Enfin bref, comment ne pas trouver ce chapitre de sa carrière triste et décevant? Ce week-end, au Centre Bell, lorsque le Québécois piétinait le couloir en route vers la surface glacée, il a pris un souffle, il a donné le poing aux deux petits porteurs de drapeau. Un souffle tel un lanceur sur le monticule qui s’apprête à affronter un frappeur intimidant. Le souffle qui nous fait oublier nos soucis et qui nous ramène au présent. Le jeunot n’avait pas joué à domicile depuis deux mois, on peut comprendre cette réaction émotive. Vous voyez l’image?

Lors de ce duel, contre les Flyers au Centre Bell, Hudon a joué légèrement au-dessus des 15 minutes, ce qui n’est vraiment pas mauvais. Mais en a-t-il fait suffisamment pour revenir dans l’alignement mercredi? Aux yeux de plusieurs, oui… Agostino et Chaput ont quoi de plus que Hudon? Du size! La seule chose. Pourquoi ne pas tenter l’expérience du début de saison : Hudon-Peca-Deslauriers? On jase comme ça…

Au moins, Paul Byron a envoyé une dose d’amour à son coéquipier. 

En ce moment, Hudon est en train de devenir le portrait type du gars trop fort pour la Ligue américaine, mais pas assez pour la LNH. Du moins, avec le Canadien, il est qualifié ainsi… Est-ce le moment de le transiger afin qu’il tente sa chance avec une autre formation? Mine de rien, je pensais tout ça de Sven Andrighetto lorsqu’il était avec le Canadien. Trop fort pour la Ligue américaine… Besoin d’un changement d’air et d’une vraie chance ailleurs. ‘Ghetto l’a eue, mais ça ne va guère mieux que lors de son séjour à Montréal.

Au final, Hudon est humain, puis j’imagine qu’il observe Agostino ainsi que Chaput, et qu’il ne comprend pas plus que nous pourquoi Claude Julien les aime autant. Pour renouer avec sa confiance, Hudon doit jouer de façon constante et non une fois par mois….

En rafale

– Aussi intense qu’à Montréal lorsque ça ne va pas bien.

– Excellent billet au sujet de Clayton Keller.

– Patrick Kane et Jonathan Toews sont repartis.

– Ce n’est pas un combat pour les enfants.

– Les ballottés du jour… Incroyable, mais vrai!

PLUS DE NOUVELLES