Henrik Lundqvist est-il vraiment à sa place à New York?

La reconstruction est en marche, chez les Rangers.

Les options sont illimitées, en vue de l’été. Les dirigeants sont d’ailleurs ouverts à n’importe quelle éventualité, au niveau des transactions, possédant 5 choix dans les deux premières rondes. Presque trop.

Bob McKenzie croit que Jeff Gorton observerait bien franchement l’option de se départir de certains de ces choix pour repêcher plus haut.

Il rapporte même que si certains jeunes joueurs de 21, 22, 23 ans venaient à être disponibles, les Rangers seraient très intéressés, tout dépendant de l’offre.

Bref, vous comprenez le point. Les Rangers ont les deux pieds dans une reconstruction qui est synonyme d’une ère qui ne sera pas nécessairement parsemée de succès.

Pour un vétéran comme Henrik Lundqvist qui tarde à remporter sa première Coupe Stanley en carrière, à 36 ans, c’est loin d’être l’idéal.

Plus le temps avance, plus on se demande si, confronté à la reconstruction, le gardien suédois pourrait être forcé à quitter la ville qui l’a repêchée.

Il aura beau faire comme si rien était, la situation le rattrapera et la frustration prendra éventuellement le dessus.

Le retour potentiel est loin d’être clair, mais Lundqvist pourrait avoir connu ses derniers moments éliminatoires avec les Rangers, l’an dernier.

En Rafale

– Incroyable.

– Prolongation de contrat pour le directeur général des Screaming Eagles.

– S’instruire un peu plus sur les Red Wings…

– Beau geste.

PLUS DE NOUVELLES