Geoff Molson est-il mort de rire?

Le proprio du Canadien de Montréal n’est certes pas mort de rire, selon Alain Sanscartier, mais plutôt très heureux de la position de ce club et de voir celui-ci compétitionner contre des équipes comme les Jets et les Leafs. Chaque soir, ou presque, Molson et les amateurs assistent à un spectacle, puis mine de rien, cette formation bataille pour les séries. Si certains sont passablement surpris, Molson et Bergevin vous diraient fort probablement que le plan était de lutter pour une place en séries et d’offrir un bon (et beau) produit aux amateurs.

Même Sanscartier indique que le Canadien se retrouve dans une position inattendue, alors que l’organisation a été claire à ce sujet avant l’amorce de cette campagne, et je le répète : lutter pour une place en séries et offrir un bon (et beau) produit aux amateurs. En plus de ça, la franchise détient une tonne de choix au repêchage ainsi qu’une structure salariale très bien gérée par Marc Bergevin. Tout ça demeure le résultat de la « croyance » qu’a Geoff Molson envers Marc Bergevin.

Le calme du grand patron semble porter fruit aujourd’hui. La remise en question, plutôt que les congédiements en masse, aura été payante, car comme le dit le vieil adage « la remise en question est la quête de perfection ». – Sanscartier

On le sait tous, le Canadien, outre son avantage numérique, a réalisé un tournant à 180 degrés. Après 53 joutes, on sait tous que ce n’est pas un feu de paille. Il suffit d’observer l’énergie, le caractère et l’attitude de cette équipe pour comprendre qu’elle n’a rien à voir avec celle « merdique » présentée en 2017-18. Tout ça nous guide vers ceci : les partisans du Canadien et l’organisation voient une GROSSE lumière au bout du tunnel, ce qui est tellement séduisant comme résultat.

Sans omettre le groupe d’entraîneurs, et un Claude Julien en tête, qui n’a pas eu peur de s’entourer d’hommes de très grande qualité. Le concept d’équipe avant tout. Voilà!

Tout compte fait, Molson ne rit pas dans sa barbe, mais il est fier de cette tournure et il peut en témoigner par son large sourire.

En rafale

– Quand même assez incroyable.

– Vrai. Très vrai!

– Mine de rien, il a déjà brassé ses nouveaux coéquipiers.

– Euh… est-ce vraiment la solution? Je vous rappelle que les deux russes deviendront agents libres sans compensation à partir du 1er juillet.

– Est-ce que les Rays de Tampa Bay demeurent toujours la meilleure option pour les Expos de Montréal?

PLUS DE NOUVELLES