Évitez les excuses

Comme tout match de coupe, et comme tout match face à Toronto, ce fût une montagne russe d’émotions hier soir au BMO Field.

Autant sur le terrain que pour tous les téléspectateurs montréalais. La plupart d’entre vous n’y croyaient pas vraiment, mais se sont laissé prendre au jeu au fur et à mesure que le match avançait. Tout le monde y a cru, jusqu’à la fin, jusqu’à ce que tout ne devienne qu’un désordre complet, incompréhensible, décisif…

Pour Mauro Biello, hier, c’est l’arbitre qui a coûté le match, le trophée.

« Un arbitre ne devrait pas se laisser intimider et influencer sur le terrain. »

« Les arbitres ne sont pas au niveau. C’est embarrassant. »

Patrice Bernier est même allé plus loin aujourd’hui sur Twitter, laissant entendre que l’arbitre cherchait à ramener Toronto dans le match…

https://twitter.com/pbernier10/status/880057283618775042

Je peux comprendre le capitaine d’être amer, surtout qu’il ne méritait jamais son carton rouge, mais je doute que ces propos soient réellement fondés.

L’arbitrage a été mauvais, mauvais comme on l’a rarement vu en Amérique, ce qui est VRAIMENT mauvais.

Mais ne pas reconnaître qu’il l’a échappé autant pour les deux équipes est de mauvaise foi.

Avant le carton rouge à Patrice Bernier, Kyle Fisher s’est fait battre par Giovinco d’une magnifique petite feinte dans la surface de réparation, ce qui a forcé le #26 à tacler Giovinco directement dans les jambes. C’était un penalty clair, direct, complètement oublié par l’arbitre.

Il a probablement réalisé son erreur et a voulu «remettre les pendules à l’heure» dans les minutes suivantes en sortant le carton rouge à Patrice Bernier. Sans compter l’aide de Michael Bradley qui lui a crié dans les oreilles durant de longues minutes. Ce n’est pas la première fois qu’il fait ça, le chauve désagréable, et clairement ça fonctionne, donc pourquoi arrêter? À ce niveau, Biello a raison de parler d’intimidation et d’influence.

Ce n’est JAMAIS un rouge. Jamais.

Une autre énorme erreur de l’arbitre aura été de laisser jouer pratiquement 6 minutes de temps extra alors qu’il n’en avait annoncé que 3. Les partisans torontois (Kurtis Larson en tête) se plaisent à souligner que le temps ajouté est seulement un «minimum» et que les joueurs de l’Impact cherchaient à gagner du temps, mais ça reste selon moi une erreur. Les joueurs cherchent à perdre du temps À TOUS LES MATCHS dans les arrêts de jeu, et je n’ai aucun souvenir d’avoir vu un temps ajouté doublé comme ce fût le cas hier.

Mais toutes choses étant égales, Kyle Fisher aurait bien pu être expulsé dès la première mi-temps. Sa mise en échec sur Steven Beitashour, où il ne joue pratiquement pas le ballon, était assez dangereuse pour mériter une expulsion. Une expulsion qui aurait pu être contestable, mais comme on en voit hebdomadairement en MLS et en Amérique. Souvenez-vous du carton rouge de Chris Duvall il y a quelques semaines en toute fin de match, c’était le même type de contact, mais encore moins violent, et l’Impact n’a même pas jugé bon faire appel.

Que les arbitres en Amérique manquent d’expérience, soit, mais qu’ils soient incapables d’afficher une certaine constance, une logique dans leurs décisions est tout simplement impardonnable. Ça gâche le spectacle, ça éloigne les spectateurs.

Attention, toutefois, car c’est là que les propos de plusieurs membres de l’Impact hier m’ont quelque peu dérangé, déçu.

L’arbitre a été mauvais, mais est-ce qu’il a coûté la victoire et le match à l’Impact?

Répondre oui à cette question est un choix très dangereux pour une organisation sportive, un choix qu’a fait Mauro Biello hier soir en conférence de presse.

Montréal et Toronto ne s’aiment pas, ça se sent sur le terrain comme dans les gradins et même jusque sur la galerie de presse, mais il faut être capable d’une certaine objectivité et de réaliser que Toronto mérite en quelque sorte cette victoire.

Parce que c’est une meilleure équipe? Oui et non. Une meilleure équipe sur papier peut perdre un duel aller-retour, l’Impact l’a prouvé maintes et maintes fois. Surtout parce que l’Impact a eu plusieurs chances de se mettre en meilleure position pour la victoire, au premier comme au deuxième match, et n’a tout simplement pas été en mesure de le faire.

Nacho Piatti qui rate le penalty au Stade Saputo mercredi dernier. La contre-attaque maladroite bloquée et une défense désorganisée qui mène au premier but de Sebastian Giovinco hier soir. L’Impact qui n’arrive pas à enfoncer le clou hier en marquant une seconde fois. Hassoun Camara complètement cramé en fin de match qui manque sa couverture défensive et qui laisse Giovinco fin seul pour marquer. Ballou qui tente de conserver le ballon plutôt que le dégager juste avant le but décisif… Et, surtout, le manque de profondeur dans l’alignement qui expose certains joueurs… #Bernardello #Latéraux #PasLaPremièreFoisQueJenParle

L’Impact n’a que lui à blâmer, et même s’il peut se féliciter d’avoir été compétitif et d’avoir fait rêver des partisans qui n’y croyaient pratiquement pas, il doit se regarder dans le miroir plutôt que cibler l’arbitre pour cette défaite. Chercher des excuses ne ramènera pas le trophée, et n’aidera en rien à en gagner un prochain. Ce leadership doit commencer d’en haut, par Mauro Biello, et je m’attends à l’entendre nuancer ces paroles d’hier soir dans les prochains jours. Et ce peu importe l’amende salée qui lui sera distribuée.

Reste qu’il y a du positif à ressortir de ce match. Le but de Ballou était magnifique. Maxime Crépeau a offert sa meilleure performance en carrière sous les couleurs de l’Impact, et se donne une réelle option pour menacer le poste d’Evan Bush, même si le parcours en CCL vient de prendre fin.

https://twitter.com/SamHJs/status/879853400061612033

La saison est encore longue en MLS, et l’Impact devra se concentrer à se positionner pour les séries éliminatoires. Le recrutement en défense est primordial. Hassoun Camara a démontré ses limites physiques hier soir, et Kyle Fisher est tout sauf un défenseur latéral. On entend beaucoup parler de Wesley Sneijder ces temps-ci, mais j’ose espérer que les premiers jours du mercato amèneront un défenseur latéral et/ou un milieu défensif à Montréal.

D’ailleurs, la pire nouvelle d’hier soir n’est même pas tant la défaite que la blessure de Nacho Piatti durant le match. Le joueur étoile s’est fait mal sur un jeu anodin, et a donné l’impression de se re-blesser à l’aine droite, une mauvaise habitude pour lui. On pourrait le voir s’absenter entre 2 et 4 semaines, sans aucun doute…

Sinon, Montréal et Toronto s’affronteront encore plusieurs fois en MLS. L’heure de la revanche pourra encore sonner, sur le terrain comme dans les gradins…

Êtes-vous d’accord avec ma vision de la rencontre?

Commentez, partagez, et suivez-moi sur Twitter et Facebook.

ALLONS

PLUS DE NOUVELLES