Éric Gélinas excelle dans la Ligue américaine

Éric Gélinas savait dans quoi il s’embarquait en acceptant l’essai professionnel tendu par Marc Bergevin et les dirigeants du Canadien.

Ne recevant aucune offre de contrat d’une équipe de la LNH, Gélinas aurait très bien pu décider de quitter vers l’Europe, ou une situation professionnelle plus stable se serait présentée à lui. C’est toutefois en s’accrochant à son rêve de s’imposer dans la meilleure ligue du monde qu’il se présenta au camp d’entrainement du Tricolore.

Quelques mois plus tard, Éric Gélinas évolue toujours pour le Rocket de Laval… et devrait y évoluer encore un long moment, en vertu de son entente à un volet qui ne permet pas au CH de faire appel à ses services sans remanier la structure de son contrat.

Il y a toutefois une énorme différence entre le défenseur qui s’est pointé au camp d’entrainement de la Flanelle et celui qui domine à la gauche de Matt Taormina, au sein de la première paire du Rocket.

Initialement rayé de l’alignement à quelques reprises, Gélinas se veut désormais un incontournable de l’avantage numérique pour Sylvain Lefebvre, comme en font foi ses neuf buts qui le placent au deuxième rang de la Ligue américaine chez les défenseurs. Fort de six points à ses quatre dernières parties, le colosse est une ressource offensive importante à Laval…

Et ça, Marc Bergevin s’en balance.

Gélinas a déjà cumulé des totaux offensifs intéressants, dans la LNH. Avec son expérience professionnelle, il n’est pas impressionnant de voir qu’il arrive à créer beaucoup d’offensive dans les ligues mineures. Les indications de l’organisation du Canadien à son endroit en début de campagne étaient claires : si Gélinas ne changeait pas son style de jeu drastiquement, il ne parviendrait plus jamais à percer le circuit Bettman.

Un excellent lancer et un gabarit avantageux ne sont plus suffisants pour mériter un poste en défensive dans la LNH! Gélinas était un arrière qui agissait impulsivement, tentant des montées impromptues et parvenant mal à gérer l’espace cédé à l’attaquant adverse en zone défensive. En voyant la confiance dont il bénéficie présentement, il y a fort à parier que divers intervenants chez le Canadien aiment l’évolution de son jeu…

Quatre mois suffisent-ils à ranimer une carrière professionnelle? Peut-on croire que Gélinas serait déjà prêt à aider la défensive anémique du Canadien? Il n’y a qu’une manière de le savoir…

Quelques transactions d’ici la date butoir pourraient lui offrir une opportunité de se faire valoir…

Si cela ne devait pas arriver, il y a fort à parier que la direction du CH souhaitera le ramener dans le giron de l’équipe l’année prochaine.

En Rafale

– Rappel: Il pourrait y avoir du mouvement chez le Canadien prochainement…

– Ça, c’est mignon.

– Est-ce que les partisans du Canadien auront du positif à dire sur l’équipe? [Canadiens]

Cheers, M. Fisher!

– Rien pour aider la cause de Nikita Scherbak…

PLUS DE NOUVELLES