Eller pointe un peu le CH et Marchand amorce un « combat » contre lui

À la suite de son départ de Montréal, Lars Eller a retrouvé le bonheur chez les Capitals de Washington. Avant d’arriver dans la capitale américaine, le Danois n’avait pas de rôle défini chez le Tricolore. Il le promenait d’un bord et de l’autre, comme c’est encore le cas aujourd’hui avec certains joueurs chez le bleu-blanc-rouge. Son rôle, chez les Caps, c’est celui de troisième centre. Sa chaise au niveau de la LNH, c’est ça. Le Canadien, lui, ne semblait pas trop savoir qu’elle était sa réelle valeur… Chez les Caps, on l’a décelé tout de suite. Le Canadien le faisait même jouer à l’aile, ce qu’il n’appréciait pas vraiment. À Washington, il n’y a aucune ambiguïté.

Cette année, il a enregistré un total de 38 points, dont 18 buts, en 81 rencontres. Pendant la danse du printemps, il a actuellement sept points au compteur. Eller est un rouage important pour cette équipe puisque son trio s’impose offensivement, tout en respectant son travail défensif. Cette besogne et cette mission font de lui un homme serein qui se présente dans un état d’esprit positif à l’aréna. Juste la qualité de ses propos indique comment il se sent :

J’ai connu ma meilleure saison régulière. C’était clairement celle où je me sentais le mieux. Il y a plusieurs facteurs, pas un seul. J’ai du temps de jeu en supériorité numérique sur la deuxième vague, je me suis retrouvé souvent sur la glace à six contre cinq quand nous retirions notre gardien et j’ai joué à trois contre trois en prolongation. La stabilité m’aide également. Je connais mon rôle comme troisième centre. Il y a aussi une culture gagnante au sein de ce vestiaire. J’ai la chance d’apprendre en regardant de bons centres comme Backstrom et Kuznetsov. Je me suis amélioré depuis mon arrivée à Washington l’an dernier.

Soyons francs, comment aurait-il pu apprendre à Montréal tout ce qu’il a appris du côté de Washington? Cette équipe a l’attitude et elle a le luxe de compter sur Nicklas Backstrom et Evgeny Kuznetsov, ce qui est loin d’être le cas chez le CH. Puis, à Washington, il se retrouve au sein d’un bon environnement. Ce qui n’était peut-être pas le cas du côté de Montréal.

Eller a aussi dit qu’il a coupé complètement le cordon et qu’il jase seulement avec les joueurs qu’il avait envie de garder le contact. Lui, il est bien loin de Montréal!

Puisqu’il est question du Canadien… Brad Marchand ne s’est pas gêné pour répliquer à celui-ci (via Twitter). Voilà de l’attitude de la part du Canadien.

Qui aurait dû se retenir sur celle-là? Le Canadien ou Marchand?

En rafale

– Brett Lernout a beau avoir joué dans le show en 2017-18, mais tout sera à recommencer en septembre prochain.

– 110% d’accord.

– On le sait, on patiente!

– Mais il devrait être à son poste ce soir, lors de ce sixième duel.

– Il ira fort probablement rejoindre Mikhail Grigorenko, un autre flop de premier tour…

PLUS DE NOUVELLES