Drouin ne mérite pas de jouer en séries

Le débat prend de plus en plus d’ampleur en ces présentes séries : pourquoi Jon Cooper, un entraineur de la nouvelle école qui n’a jamais hésité à faire jouer ses jeunes joueurs, se prive du talent fou de Jonathan Drouin ? D’autant plus que son poste à l’aile gauche est présentement comblé par un Brenden Morrow au bout du rouleau.

Chaque matin, Jon Cooper saisit son feutre et écrit les trios au tableau. Il parcourt sa liste de joueurs et se demande:

– Qu’est-ce que ce joueur amène sur la table ?

– Comment puis-je exploiter ces forces pour me donner un avantage durant le match ?

Après avoir déterminé le rôle de son joueur, il se questionne à savoir si ce dernier fera une utilisation plus optimale de son rôle qu’un autre.

Faisons l’exercice avec Drouin.

– Drouin a un talent pur. Il peut changer le cours d’un match d’un moment à l’autre avec un éclair de génie. Il est rapide et a des mains vives.

– Son gabarit et son style de jeu tout en finesse l’empêchent de se rendre efficace dans un rôle défensif. Il est à son mieux quand il touche souvent à la rondelle en territoire adverse. Drouin offre un rendement en deçà de la moyenne en récupération de rondelle et en échec avant. L’équipe adverse le sait et, si elle a le dernier changement, elle l’opposera à des défenseurs lourds et passablement mobiles, comme Dan Girardi ou Ryan McDonagh. Bref, le Québécois doit amorcer la plupart de ses présences en zone offensive et jouer sur un des deux premiers trios si on veut espérer le meilleur de lui.

Ondrej Palat et Alex Killorn, les deux ailiers gauches employés par Cooper sur le top-6, ont généré autant d’offensive que Drouin durant la saison, sinon plus, et ont prouvé être dignes de confiance dans les trois zones. Palat (25.04 occasions contre/60) et Killorn (25.07 occasions contre/60), ont vu leur équipe allouer moins de chances de marquer par tranche de 60 minutes que Drouin (25.96 occasions contre/60) lorsqu’ils étaient sur la glace et il faut dire que ce dernier a été protégé et utilisé parcimonieusement par Jon Cooper. Il suffit de regarder les attaquants et les défenseurs contre lesquels il a disputé le plus de minutes à cinq contre cinq…

Puis, quand Cooper l’a envoyé dans la mêlée en séries, il n’a simplement pas fait le poids. En seulement 32 minutes d’utilisation, l’équipe adverse lui a collé 20 chances de marquer, ce qui est énorme.

Aussi talentueux soit-il, le natif de St-Agathe n’amène rien de plus sur la table pour le moment, même qu’il vient avec certaines contraintes dans son utilisation. Dans l’actuel état des choses, en quoi est-il utile à l’équipe qui marque le plus de buts dans la LNH quand son style de jeu se veut unidimensionnellement porté vers l’attaque ?

Pour mieux épauler Stamkos ? Stamkos est déjà très bien servi par soi-même. Son pourcentage d’efficacité en carrière est le plus haut de la LNH, à 17.2%. Il n’a aucune difficulté à bricoler des lignes de tir en se servant de sa vitesse, c’est pourquoi Cooper préfère le jumeler à deux as en récupération de rondelle – Killorn et Callahan – non seulement pour l’alimenter, mais pour s’assurer qu’il ait possession de la rondelle près du territoire adverse afin de laisser la magie opérer. Ce filet de Stamkos contre le CH en fait la démonstration : Killorn et Carle gagnent une bataille importante le long des rampes et Stamkos, qui ne demande qu’à avoir le rondelle sur sa lame, se charge du reste.

Un autre exemple avec Killorn qui anticipe bien le jeu et Stralman qui livre une belle passe à Stamkos dans sa foulée.

Pour aider l’avantage numérique ? Faites-moi rire. C’est le pain et le beurre de cette équipe depuis le début de la 2e ronde. Après s’être contenté de deux buts en 30 occasions face aux Red Wings, le Lightning a converti pas moins de 10 de ses 25 derniers jeu de puissance, bon pour 40% d’efficacité.

Bien des équipes voudraient des mains de Jonathan Drouin, mais il appert que le Lightning n’est pas le bon mariage pour lui. Pas présentement, du moins.

Renaud Lavoie évoque même la possibilité qu’il soit échangé cet été. Il ajoute que le Canadien pourrait être agressif dans le dossier. Évidemment que Marc Bergevin et Michel Therrien ne diraient pas non à une telle injection de talent, sauf qu’il faut se mettre dans la peau de Steve Yzerman un instant. Que demanderiez-vous en échange de Drouin ? Deux morceaux de robots à ceux qui ont pensé à Alex Galchenyuk…

À ce compte, ce serait transiger pour transiger… Galchenyuk possède lui aussi un talent qui n’est pas à dédaigner. Son tir de même que son physique se veulent supérieurs à Drouin. Nombreux parlent de régression dans le cas de Chucky, mais n’oublions pas qu’à 21 ans, il a inscrit 20 buts dans une équipe qui n’en marque pas beaucoup. Les attentes offensives à son égard devront également être modérées en fonction des dernières tendances du circuit. Un circuit qui n’a vu aucun attaquant atteindre le plateau des 90 points cette saison…

Pour Mitch Marner, c’est une autre histoire. Vous connaissez mon amour pour ce joueur…

En rafale
– Des fans des Red Wings spéculent sur un échange envoyant un défenseur à Detroit. LIEN

– Discussion: à quoi s’attendre de Joonas Kemppainen? LIEN

Et Joonas Donskoi? LIEN

– La blessure de Rozsival fait très mal à la brigade défensive des Hawks. LIEN

– Surveillez le dossier de Mark Letestu, à Columbus. Une bonne source a indiqué à DLC que Bergevin l’adorait. LIEN

– Est-ce qu’un de ces 2e gardiens pourrait mieux faire que Tokarski? LIEN

– La solution pour secouer la léthargie du 7e match, à Washington. LIEN #FancyStats

– Il semble que Jakub Nadladal aboutira à Calgary, Chicago ou en Caroline.

TheHockeyNews croit que le Wild pourrait être intéressé d’échanger Jason Pominville, Mikko Koivu et/ou Thomas Vanek. Pominville et Koivu pourraient-ils être des options pour le CH? LIEN

– McCarron a fait des pas de géants, cette année!

– Groulx a-t-il été considéré, à Philadelphie?

– EA Sports a dévoilé la liste des améliorations à prévoir pour NHL 16! LIEN #PlayoffBeards #EASHL

– Teemu Pulkkinen. Retenez ce nom. 13 buts en 10 matchs de séries à Grand Rapids…

Il a un tir incroyable. Incroyable n’est même pas le mot…

– Théo vante enfin Price!


– Nathan Beaulieu est déjà plus à l’aise que Koivu en français! #Hehe

PLUS DE NOUVELLES