Donnons un peu de crédit à Therrien | John Lu toujours dans les bonnes grâces de Mme Price | En rafale

Je n’ai jamais prétendu être un fan de Michel Therrien. Son embauche m’avait laissé perplexe en 2012 et, mise à part la saison écourtée de 2013, je n’ai pas souvent aimé le style de jeu qu’exerçait le CH sous ses ordres et ce, en dépit d’une excellente fiche depuis son arrivée.

On a souvent critiqué à Therrien son système « défensif » de la vieille école qui misait davantage sur le dump and chase que les entrées et sorties de zone en possession de rondelle. Ajoutez à celà le remaniement constant des trios et un avantage numérique anémique, et il y en a plusieurs qui n’étaient pas satisfaits avec le travail des entraîneurs.

Je ne peux plus en dire autant. 

Therrien est présentement le pilote d’une équipe qui joue un hockey presque parfait. Une équipe qui a marqué au moins 3 buts dans chacune de ses sept rencontres et qui n’en a jamais accordé plus de deux. Au fait, le CH moyenne un but contre par match. #Wow

Le style de jeu adopté en ce début de saison, qui ressemble drôlement à celui exercé en 2013, est plus axé sur la possession de rondelle. Cela fait en sorte que le CH bénéficie d’un plus grand nombre de chances de marquer.

Le CH semble avoir modifié son approche davantage que le laisse prétendre Therrien.

Le résultat parle pour lui-même: une fiche immaculée de sept victoires et aucune défaite.

Therrien multiplie les bonnes décision en début de campagne: La séparation de Pacioretty et Desharnais combinée à l’arrivée au centre d’Alex Galchenyuk fait en sorte que le CH peut aligner trois trios offensifs. Il gère efficacement les minutes de ses attaquants et peut aussi se permettre de reposer ses deux premiers pivots certains soirs et donner des minutes à Petry, Emelin et Beaulieu. Les meilleurs joueurs sont moins fatigués en troisième période. Cela peut aussi avoir un effet positif en fin de saison. #Fatigue 

Même ses critiques les plus ardents lui lancent des fleurs!

Peu importe le niveau de changement du style de jeu, ce qui est important à noter dans ce cas ci est le fait que Therrien a su adapter son approche afin de maximiser la tenue de son alignement. Il en impressionne plus d’un jusqu’à date.

Je vais admettre que mon opinion de l’entraîneur-chef du CH est en train de changer, lentement. #UnJourÀLaFois 

John Lu est pardonné 
Après la fameuse histoire de babygate de ce matin, Angela Price a eu la chance de s’entretenir avec John Lu et a rétracté son inclusion dans le texte qu’elle avait précédemment rédigé. LIEN

Je comprends la frustration de Mme Price, elle qui voulait annoncer la nouvelle à ses proches en privé. En même temps, plutôt que de s’en prendre à un blogueur ou à un journaliste, ne devrait-elle pas tenter de trouver l’identité de la personne qui a partagé cette confidence? #OnJaseLà

Tant mieux pour John Lu, qui pourra continuer de poser des questions à Carey Price!

En rafale 
Stat assez incroyable du CH!

– Avec Price, le Tricolore paraît imbattable en ce moment. LIEN

– Le CH figure (encore) au premier rang des Power Rankings du site The Score. LIEN

– Brian Gionta vante les qualités de Max Pacioretty pour mener le CH.

– Selon Mark Spector de Sportsnet, Brad Treliving, le DG des Flames tenterait d’acquérir Steven Stamkos.

À prendre avec un gros grain de sel. Le Lightning n’est vraiment pas pressé d’échanger Stamkos.

– L’excellent Justin Bourne revient sur les 30 Thoughts d’Elliotte Friedman. LIEN

– Les sujets de l’heure dans la LNH. LIEN

– Et, finalement, un petit mot sur Tortorella à Columbus. Ça sent le désastre à mon avis. Sous Todd Richards, cette jeune équipe affichait un taux de possession impressionnant et souffrait du pire pourcentage d’efficacité de la ligue de la part de son gardien partant (cette saison). Ce n’était pas de la faute de l’entraîneur. Ajoutons Tortorella à tout ça, et ça pourrait créer un mélange explosif.

Sortons le pop corn, ça risque au moins d’être divertissant!

PLUS DE NOUVELLES