Débats de position: Galchenyuk, Desharnais, DLR, Gilbert, Eller

Le sempiternel débat « Galchenyuk au centre ou à l’aile » n’en est pas à ses derniers milles. Certains estiment qu’il faut lui donner les rênes de l’attaque en le plaçant à cette position névralgique, d’autres croient qu’il produira davantage avec des responsabilités défensives allégées.

Mais Galchenyuk n’est pas le seul à faire l’objet d’un débat de position au sein du CH. L’an dernier, Michel Therrien a aussi sorti David Desharnais, Lars Eller, Tom Gilbert et Jacob de la Rose de leur zone de confort dans l’espoir d’étendre sa latitude en tant qu’entraineur.

1. Galchenyuk au centre, à l’aile gauche ou… à l’aile droite? 

Si Galchenyuk s’est fait plus productif au centre, c’est principalement, car il a pu jouer aux côtés de Max Pacioretty. Vers la fin de l’essai, sa magie offensive a fini par s’estomper, d’autant plus que le CH n’aimait pas sa façon d’appuyer les défenseurs en fond de territoire. Un autre (court) test est toutefois passé dans l’ombre: celui à l’aile droite. Campé dans cette chaise, l’Américain a marqué lors des premières minutes de jeu, donnant des airs de génie à Michel Therrien. Une option bonis intéressante en guise de remplacement.

Muter Galchenyuk au centre impliquerait donner un rôle offensif à Bournival, De la Rose, voire Hudon. Le CH y gagnerait-il au change?

2. Desharnais au centre ou à l’aile?

Quoi qu’on en dise à son sujet, il demeure le meilleur pivot du Canadien pour réaliser les entrées de zone en possession de la rondelle et avec une bonne vitesse croisière. Desharnais aime utiliser le corridor central pour s’exprimer, mais il a cette manie de vouloir coûte que coûte nourrir ses ailiers quand l’option n’y est pas. À l’aile, le Québécois a dévoilé un arsenal passe-tir qu’on ne lui connaissait pas. Son lancer frappé est une arme qu’il aurait intérêt à utiliser régulièrement. Au moment opportun, un retour sur le flanc pourrait aider l’équipe.

3. Jacob de la Rose: le successeur de Lars Eller? 

De la Rose a des croûtes à manger avant de pouvoir s’acquitter des tâches défensives ingrates de Lars Eller. Le Suédois fait preuve d’une trop grande aversion aux risques en zone neutre, ce qui le force à écouler de longues minutes dans son territoire. Son rythme de production par rapport au temps de jeu se veut inférieur à celui de Manny Malhotra. On lui voit peut-être un avenir au centre à long terme, mais Eller et Mitchell sont pour le moment bien en selle. DLR a fait le saut dans la LNH à 19 ans et n’avait rien cassé jusque là dans la ligue américaine, donc il faut être indulgent. C’est déjà bon signe qu’il ait pu suivre la cadence et même épater la galerie avec ses replis défensifs.

4. Tom Gilbert à gauche ou à droite

C’est en jouant à la gauche que Tom Gilbert s’était métamorphosé en Bobby Orr face aux Kings. Mais c’est bien un des rares moments où l’expérience a été fructueuse. Il est de plus en plus difficile de jouer du côté opposé à sa latéralité pour un défenseur. Pour Gilbert, il suffisait d’un pivot saccadé ou d’un dribble brouillon avec la rondelle pour perdre le contrôle. Il est de toute évidence mille fois plus efficace à droite.

En rafale
– Sam Ventura, le cofondateur de War-On-Ice a été embauché par les Penguins de Pittsburgh. LIEN #StatistiquesAvancées

– Une manchette agressive! #CONCACAF

– Ales Hemsky se sent bien et il est prêt à rebondir la saison prochaine. LIEN

– Le côté humain du hockey: LIEN

– Desharnais est un joueur offensif talentueux, maladroitement employé. LIEN

– Max Pacioretty a déjà repris l’entrainement: LIEN

– Holtby ira-t-il en arbitrage?

– LeBron James jouera-t-il dans Space Jam 2? LIEN

PLUS DE NOUVELLES