Dreger croit que Pacioretty serait un joueur de soutien dans une autre équipe

C’est logique. Pour rebâtir sa fondation correctement, le Canadien doit transiger son capitaine, Max Pacioretty. Un buteur naturel avec un petit contrat, sa valeur est donc très intéressante. Ce discours-là, on le sait…

Par contre, même si le 67 est reconnu comme un marqueur redoutable de 30 buts et plus, Darren Dreger croit tout de même qu’il pourrait devenir un acteur de soutien s’il était transigé. Avec la performance d’hier, Marc Bergevin se doit de mettre la pancarte à vendre sur son terrain afin de se concentrer sur le futur. Donc, s’il décide de se ranger du côté des vendeurs, Pacioretty se doit de figurer sur sa liste des joueurs accessibles (il y est certes déjà).

Patch sort d’une séquence intéressante, où il a inscrit au moins un but lors des quatre rencontres avant d’affronter les Bruins de Boston, hier. C’est là que sa séquence a pris fin. Cela dit, il a démontré aux homologues de Marc Bergevin qu’il était encore en mesure de remplir les filets adverses, ce qui est une bonne chose.

Darren Dreger croit que les formations aspirantes le voient comme un joueur de soutien, de profondeur. Pour être plus précis, ce qu’il veut dire, c’est que Max Pacioretty n’aurait plus besoin d’être le meilleur joueur de l’équipe s’il se ramassait à Washington, par exemple. À Washington ou à Tampa, il supporterait les meilleurs joueurs, ce qui lui enlèverait beaucoup de pression. Un peu comme Phil Kessel lorsqu’il est passé des Leafs aux Pens.

Il a également été très clair en précisant que la ligne de centre était un GROS problème. On le sait, ça aussi! 

Depuis la saison 2011-12, le capitaine a fait scintiller la lumière rouge à 201 reprises en 484 matchs, pour une moyenne de 0.415 but par rencontre. C’est loin d’être mauvais, surtout que cette moyenne inclut sa saison moche actuelle. Si une équipe aspirante met le grappin dessus, elle devra toutefois payer le prix avec au minimum un espoir de première qualité. Quoique les demandes semblent bien précises.

À suivre, comme dirait l’autre!

En rafale

– Un nom qu’on oublie souvent? Un retour à Montréal?

– Rasmus Dahlin est réellement un joueur unique et d’exception. Le Connor McDavid de la Suède.

– Quand le restaurant de Jeff Halpern me donne faim…

– Peut-être que le Canadien devra imiter les Bruins de Boston et leur forme de « reconstruction ».

– La NBA a Pharrell et N.E.R.D… et la Ligue nationale se contentera de Kid Rock

PLUS DE NOUVELLES