Dahlin meilleur que Lidstrom au même âge, parole de l’ancien des Wings !

Bien des équipes ont profité des derniers jours pour assurer leur place au sein du prochain tournoi printanier, dans la LNH. Si la bataille est encore féroce pour l’obtention des derniers billets donnant accès à celui-ci, une autre lutte fait rage, d’une importance quasi équivalente, dans les profondeurs du classement. À défaut de pouvoir rêver à la coupe, bien des organisations voient déjà Rasmus Dahlin dans leur soupe. Et les commentaires de Nicklas Lidstrom à son sujet n’auront rien pour calmer leurs ardeurs.

L’un des meilleurs défenseurs de l’histoire du hockey, détenteur de sept trophées Norris, auteur de 1 142 points en carrière et propriétaire de quatre bagues de la coupe Stanley, qui affirme qu’il n’était lui-même pas du même niveau que Dahlin, à pareil âge. Il y a de quoi mettre la modestie du jeune homme à rude épreuve. Il est vrai que les statistiques des deux hockeyeurs sont relativement comparables, avant leur entrée dans la grande ligue, mais il est important de relativiser cette comparaison.

Dahlin se verra-t-il un jour remettre le même trophée par M. Bettman ?

Lidstrom a dû patienter jusqu’à la troisième ronde du repêchage de 1989 avant d’être appelé au podium par les Red Wings, qui en faisaient alors le 53e choix au total de l’encan. Cela laisse suggérer que le Suédois était encore loin d’avoir démontré l’ampleur de son potentiel et qu’à l’instar d’un bon vin, le temps n’avait pas fini de redorer ses atouts. Sa constance déconcertante, son leadership, sa capacité à performer lors des moments cruciaux, son efficacité dans toutes les facettes du jeu, voilà autant de raisons de croire qu’une comparaison avec un jeunot de 17 ans n’a pas lieu d’être.

Sauf que ce n’est pas la première fois que Lidstrom adresse de tels éloges à son jeune compatriote. C’est à Brian Leetch qu’il l’avait comparé l’an dernier, soulignant leur coup de patin et leur style de jeu similaire. Même Erik Karlsson semble avoir le numéro 8 en haute estime, le considérant également supérieur au joueur qu’il était plus jeune.

Nul doute, le premier nom à résonner dans les hauteurs du American Airlines Center de Dallas, le 22 juin prochain, sera celui de Rasmus Dahlin. Il en subsiste toutefois quelques-uns à savoir si sa carrière sera même de loin comparable à celle de l’ancien capitaine des Wings. Le jeu des comparaisons, à l’aube du repêchage, en est un des plus dangereux. Mais lorsqu’elles sont faites par des joueurs de cette trempe, elles méritent au moins considération.

En Rafale

– Grosse victoire pour le onze montréalais !

– Un très beau geste.

– Soulignons-le, ça n’arrive pas souvent…

– Une saison de misère, vous dites ?

PLUS DE NOUVELLES