Course entre deux diamants finlandais: Laine et Puljujarvi

Le moule finlandais regagne de sa superbe. La relève de Teemu Selanne s’est longtemps fait attendre, mais elle arrivera à bon port si tout se passe comme prévu, c’est-à-dire, si les deux joyaux de la cuvée de 2016, les attaquants Patrick Laine et Jesse Puljujarvi se montrent à la haute des immenses espoirs pesant sur leurs épaules.

Ils sont des surdoués dans leur terre natale et ils devraient être repêchés parmi les 10 premiers, cet été, à Buffalo. Sur un même trio, ils s’en sont donnés à coeur joie contre les pauvres Biélorusses, qui ne pouvaient que bloquer des tirs.

https://www.youtube.com/watch?v=BiKcOwL0AGw

Le premier, dont le nom se prononce étrangement « l’aîné », possède des qualités qui valent de l’or à une époque où il se marque peu de buts. Laine est un franc-tireur dans le sens le plus pur du terme. Il faut voir de ses propres yeux ce jeune de 17 ans, lourdaud, s’amener en zone neutre à l’aide de quelques enjambées aussi molasses que maladroites avant de battre le gardien d’un tir lourd comme une roche dans la partie supérieure, pour comprendre jusqu’à quel point cette appellation lui va comme un gant. Voilà un produit non fini qui nécessitera énormément de peaufinage, à commencer par son coup de patin, son travail en zone défensive et sa constance. Un pari que beaucoup de DG aimeraient prendre toutefois, même s’il prend plusieurs années avant de porter fruit. Le bagage d’habiletés sur la table est simplement trop alléchant, trop singulier, et de penser qu’il y a encore beaucoup de place à l’amélioration a de quoi faire saliver. On murmure d’ailleurs que son coup de patin a déjà fait du progrès depuis le début de l’année.

Le deuxième, Jesse Puljujarvi (prononcé Jessie Pouliouyarvie), est le plus polyvalent, le plus dynamique et le meilleur passeur, mais son talent brut se situe une coche en deçà de celui de son compatriote. Certains aiment marquer la distinction entre les deux en comparant Laine à Ovechkin et Puljujarvi à Hossa. Le talent de Puljujarvi n’est certes pas en reste. Il décolle rapidement, jouit lui aussi d’un bon gabarit et n’a pas peur de mitrailler le gardien de tirs même quand l’occasion parfaite n’y est pas. Son arsenal passe-tir est perturbateur, mettant les défenseurs sur leurs talons. Sa production modeste – tout est relatif, à son âge – dans la SM-liiga cette saison peut toutefois inquiéter, et pourrait donner la pôle à Laine dans cette course finlandaise, sachant que les habiletés offensives pures sont plus rares que la conscience défensive, que plusieurs joueurs plus ou moins talentueux arrivent à développer en respectant rigoureusement les systèmes de jeu.

Cela n’est pas sans rappeler le débat entre deux centres canadiens, Mitch Marner et Dylan Strome, lors du repêchage de 2015 en Floride. Strome, plus imposant, mais moins rapide, a finalement été sélectionné par les Coyotes au 3e  échelon alors que Marner, plus explosif et spectaculaire, a été choisi quelques minutes plus tard par les Leafs au quatrième rang. Ces microrivalités alimentées par les médias sont toujours intéressantes à suivre et il est fascinant, après coup, de comparer les évaluations qui avaient été faites à l’époque à ceux d’aujourd’hui.

Kassian et Scrivens…

Si les rumeurs envoyant Scrivens à Montréal en retour de Kassian sont bel et bien fondées, il faut avouer que ce serait une nouvelle déprimante en premier lieu. Car cela pourrait suggérer que Carey Price est en retard dans son échéancier. De plus, cette acquisition ne représente qu’une faible partie de la solution aux problèmes du Canadien.

Scrivens n’a rien d’un sauveur. Peut-être aura-t-il l’étoffe d’un numéro un devant une meilleure défensive que celle des Oilers, mais aux dernières nouvelles, il ne casse rien dans la ligue américaine à Bakersfield.

Condon a très bien fait malgré la défaite, hier. Ses troupes ont une fois de plus été limitées à un but. Pour l’emporter dans ces circonstances, le cerbère doit signer un vol. On ne peut demander à Condon d’en réaliser chaque soir, pas plus qu’on pourrait l’exiger au vétéran Scrivens.

Le jeune Condon n’a peut-être pas la même prestance que Scrivens devant le filet, mais à quel point la présence de ce dernier insufflerait-elle davantage de confiance au Tricolore? Est-ce que ce serait réellement suffisant pour permettre à l’équipe de marquer des buts et arrêter de serrer nerveusement ses bâtons? Est-ce réaliste d’espérer une différence significative?

D’un autre côté, que le vrai problème soit ciblé ou non, cela n’empêche pas Bergevin d’améliorer sa formation, si ce n’est qu’un brin. Kassian n’a manifestement pas d’avenir à Montréal et que le CH puisse obtenir quelque chose en retour est en soi une bonne chose. Sauf qu’il ne faudrait pas accueillir cette nouvelle avec trop d’enthousiasme, pour les raisons mentionnées plus haut.

La priorité est de maximiser le talent offensif déployé. La vraie solution, elle, passe par des renforts en attaque, que ce soit à l’interne ou à l’externe. Cela signifie faire jouer Andrighetto, qui mérite bien meilleur sort, et donner du temps de jeu aux plus méritants, c’est-à-dire, ceux qui produisent des chances de marquer soir après soir. Aligner des joueurs comme Flynn et Byron sur l’un des trois premiers trios est un cirque qui doit prendre fin. Michel Therrien réalisera bien un jour qu’il ne gagne pas son pari en écartant son talentueux ailier suisse de l’alignement. Et son zèle injustifié dans l’utilisation de Galchenyuk ne le mène nulle part.

En rafale
– Ryan Getzlaf se sent coupable des déboires des Ducks. LIEN

– Un compte-rendu très détaillé de l’état de santé de Julien Gauthier!

– Enfin…

– Therrien essaie de détendre l’atmosphère: les joueurs pratiquent avec deux rondelles et jouent avec des bâtons du mauvais côté!

– Desharnais et Weise demeurent avec Pacioretty sur le premier trio.

– Alexei Emelin faisait des rotations sur la deuxième paire, à l’entrainement.

– Andrighetto aura (visiblement) une dernière chance de se faire valoir avant le retour de Gallagher!

– Desharnais est encore à la pointe de l’avantage numérique.

– Mark Barberio est un healthy scratch pour les IceCaps ce soir. Aurait-il été rappelé?

PLUS DE NOUVELLES