Connor McDavid jouera à …. Edmonton! | Jack Eichel sera membre des Sabres | Anderson DEVRAIT jouer dimanche

Faut croire que Craig MacTavish a fait de l’oeil à Dame chance.

Selon toute évidence, les Oilers sélectionneront Connor McDavid au premier rang de l’encan de 2015. Jack Eichel sera alors un membre des Sabres quand son nom sera appelé au 2e échelon.

Alors, ça veut dire quoi?

Les Oilers ne risquent pas de faire les séries au cours des deux prochaines années, mais vous pouvez être sûrs qu’ils frôleront le seuil de respectabilité de la LNH dès l’an prochain.

Certains disent qu’Edmonton aurait eu avantage à repêcher plus tard pour mettre la main sur Noah Hanifin en raison des problèmes à la défense. Il s’agit en fait d’une analyse simpliste carrément erronée. McDavid aura mille fois plus d’impact sur les succès de sa formation qu’Hanifin. Puis, une récente étude tend à prouver que les bons attaquants sont plus utiles que les bons défenseurs dans la LNH d’aujourd’hui.

 

Un dirigeant de la ligue n’a pas hésité à commenter cette analyse:  « Je ne suis pas impressionné. Les bons attaquants sont beaucoup plus importants que les bons défenseurs. Et quand vient le temps de repêcher, choisir un attaquant est un gage de succès. »

Le truc, c’est qu’un défenseur qui relance efficacement l’attaque aura un impact presque identique à son équipe qu’un autre arrière qui contribue aussi bien au jeu de transition. Or, un attaquant amène quelque chose d’unique, car il doit se montrer beaucoup plus créatif pour se créer de l’espace malgré l’étanchéité qui caractérise les nouveaux systèmes de jeu.

Évidemment, il faut aussi user de logique. Ça ne veut pas dire que Doughty n’est pas le joueur le plus utile de Los Angeles, loin de là. Idem pour Karlsson à Ottawa. 

Ce que McDavid amène à Edmonton est énorme. Il fait du top-6 des Oilers un des plus menaçants de la ligue, même si leur attaque a fini 26e cette année, avec seulement 2.34 buts par match. Voilà un autre mythe persistant du circuit Bettman: la formation albertaine a beau avoir repêché d’excellents attaquants  en Ryan Nugent-Hopkins, Taylor Hall et Jordan Eberle, aucun  d’eux n’est un game-breaker de la trempe de McDavid. À vrai dire, les Oilers n’étaient pas bien nantis à l’avant, tout simplement. Inutile de dire que les choses ont changé.

La ligne de centre des Oilers sera franchement impressionnante. Nugent-Hopkins est un pivot sous-estimé et l’un des plus utilisés à forces égales. Anton Lander promet d’être un 3e centre lucide avec un talent offensif potable. Leon Draisaitl devrait jouer à l’aile entre temps, mais il lui ravira ce poste quand il arrivera à maturité. On a donc McDavid-RNH-Draisaitl au centre…  C’est à s’en lécher les babines. Sur les ailes, un Nail Yakupov résurgent enclenchera la 2e vitesse et bénéficiera de la créativité hors norme de McDave.

La ligne bleue sera bonifiée par sa présence. Il saura appuyer intelligemment ses coéquipiers et se mettre en évidence pour une passe en zone neutre. Puis, le moins de temps en zone défensive, le mieux c’est.

Ah, j’oubliais. Lancez-moi des tomates autant que vous voulez, je n’ai pas la moindre crainte de dire que McDavid DEVIENDRA meilleur que Crosby.

Qu’est-ce qui le rend si spécial?

Il conserve 99% du temps sa vitesse de pointe, avec ou sans la rondelle. Que ce soit grâce à son jeu de pieds ou sa vitesse d’exécution, McDavid semble toujours avoir une, voire deux longueurs d’avance sur tout le monde. C’en en presque injuste. Par ailleurs, sa créativité est du jamais vu. Il a des binoculaires tout le tour de la tête et effectue volontairement le jeu que l’adversaire n’a pas en tête.

Ce qui joue en défaveur des Oilers, c’est une faiblesse entre les poteaux. Aucune équipe ne peut espérer faire les séries sans un vrai gardien numéro un. La situation à la défense, elle, n’est pas aussi problématique qu’on ne le croit. Edmonton misera sur la progression des jeunes Klefbom, Nurse,  Schultz et Marincin, qui deviendront en temps normal d’excellents joueurs.

Mais dans les bureaux de la LNH, on commence sérieusement à se demander s’il est légitime de récompenser la médiocrité.

Anderson : le choix logique

En analysant la situation des gardiens sous plusieurs perspectives, j’en suis venu invariablement à la même conclusion : Craig Anderson devrait obtenir le départ pour les Sénateurs, dimanche.

D’abord, les impondérables. Il y a ce facteur psychologique inquantifiable : Hammond semble ébranlé et sa confiance n’est pas à l’épreuve des séries éliminatoires. Inversement, Anderson est la seule et unique raison expliquant la victoire des Sénateurs face au Canadien en 2012. Et si le changement de gardien porte fruit dès le premier match à Ottawa, les joueurs seront alors convaincus que les dés ne sont pas joués et se montreront encouragés par la nouvelle dynamique. À leurs yeux, il s’agirait maintenant d’une toute nouvelle série.

Statistiquement, Hammond a beau avoir brillé dans le dernier droit du calendrier, on a appris avant longtemps que tout ce qui monte invraisemblablement finit par descendre… abruptement. À l’autre bout du spectre, Anderson est un gardien d’expérience qui n’a rien d’un feu de paille. Il montre le 3e meilleur pourcentage d’arrêts chez les gardiens depuis 2012 derrière Price et Rask et ce, en ayant fait face au 3e plus grand nombre de tirs par tranche de 60 minutes. Il est aussi l’un des meilleurs portiers pour garder son équipe dans le match dans les situations critiques, comme en témoigne son pourcentage d’arrêts lorsque le score est serré.

On répand à tort et à travers que le brio de Hammond a propulsé à lui seul les Sénateurs vers une place en séries. Il n’y a rien de plus faux. Il est vrai que le Hamburglar s’est fait l’auteur de quelques bijoux d’arrêts ici et là, mais le facteur X de la remontée des Sens est la progression du jeu collectif en contrôle de rondelle et l’amorce d’un virage jeunesse opportuniste. Cameron a osé retrancher quelques vétérans inefficaces de se formation pour augmenter la charge de responsabilités des jeunes Wiercoch, Ceci, Chiasson, Hoffman, Stone et Zibanejad. Le niveau de talent de l’alignement déployé était ainsi augmenté. Hammond était à la bonne place, au bon moment pour jouer au-dessus de ses moyens et empiler les victoires.

Il n’est donc pas si farfelu de croire que Anderson aurait pu faire partie de l’équation de la remontée dans une de ses bonnes séquences. Par ailleurs, il est très réaliste, voire rationnel, de croire que les Sénateurs sont une meilleure équipe à l’heure actuelle en déployant Anderson.

Cela dit, Hammond a monté, puis descendu. Rien ne dit qu’il ne pourrait pas momentanément sortir la tête de l’eau. Il aura la tête plus reposée dans la capitale fédérale, là où on scandera son nom pour les bonnes raisons. Mais on tend aussi à oublier à quel point Anderson a été bon lors des deux dernières années.

En rafale
– Abanda surprend, Bouchard déçoit. LIEN #FedCup

– Ken Patoine parle de CH et de philosophie! LIEN

– Il s’agit du quatrième 1er choix au total des Oilers lors des six dernières années!

– Elliotte Friedman rapporte que Mike Millbury pourrait être considéré pour remplacer Claude Julien derrière le banc…

Rappelons que Millbury est sans contredit l’un des pires DG de l’histoire de la LNH.

– Voici l’ordre des 14 premières sélections en 2015:

PLUS DE NOUVELLES