Combien vaut Dale Weise (concrètement)? | Pacioretty inquiète? Vraiment? | En rafale

Depuis quelques jours, à Montréal, tout le monde parle de Dale Weise. Qui est Dale Weise? Que fait Dale Weise? Que mange Dale Weise? Que porte Dale Weise?


OK, à bien y penser, la dernière question n’était pas nécessaire…

On entend et lit à gauche et à droite ce que Weise apporte au CH, qu’il est la Comète Blonde réincarnée (pour de vrai), qu’il va coûter cher l’été prochain… oui, mais combien? J’ai beau chercher, je ne trouve aucun article, aucune analyse apportant des faits et comparatifs concrets. J’ai donc décidé de me prêter à l’exercice, pour le meilleur et pour le pire:

Weise étant un joueur plutôt unique en son genre, il n’est pas facile de trouver des joueurs qui lui sont comparables tant au niveau statistique qu’à ceux du style de jeu et de l’expérience, ou historique.

Il fallait d’abord et avant tout tenter de prédire la fiche qu’aura Weise à la fin de la présente campagne, car même s’il a marqué plus de buts qu’eux jusqu’à maintenant, il n’est pas question de le comparer à Stamkos, Parise, Ovechkin et cie. Tout le monde sait que Weise ne marquera pas 44 buts cette saison, même si c’est le rythme auquel il marque (43.7/82 matchs). Il fallait donc projeter une production réaliste pour Dutch Gretzky.

Après avoir ajusté, pour le reste de la saison, son PDO en fonction de sa moyenne en carrière et révisé son Sh% (en ce moment de 22.2% vs 11.9% en carrière) en conséquence et fait quelques autres calculs, j’en suis venu à à projeter une production de 23 buts et 12 passes pour la saison entière. En tenant compte de ces chiffres, de son rôle, de son historique dans la LNH et de son style, les joueurs suivants semblent constituer des comparatifs plutôt réalistes:



De ces cinq joueurs, deux ressortent du lot, pour des raisons différentes.

D’abord, Brandon Sutter a un style très similaire à celui de Weise: joueur énergique, moyen défensivement, rapide sur patins, qui n’a pas froid aux yeux, mains et tir sous-estimés, peut jouer bottom-6 ou top-6 et apporte son lot d’intangibles.

Matt Beleskey, quant à lui, a également un style s’apparentant à celui du #22 du CH mais ce qui saute aux yeux, c’est à quel point leur fiche (projetée dans le cas de Weise) se ressemble: 22 buts et 32 points pour Beleskey à sa dernière année de contrat vs 23 et 35 pour Weise, environ le même nombre de matchs en carrière, même âge, etc.

Ce qui va possiblement désavantager Weise par rapport à Beleskey est la qualité des joueurs disponibles à leur année d’autonomie respective: Beleskey était l’un des meilleurs (ou moins pires) d’une cuvée très faible alors que le marché de l’été prochain a le potentiel de regorger d’attaquants de haut niveau. Plusieurs de ces joueurs auront sans doute signé une prolongation de contrat d’ici-là, mais ça donne quand même une idée de la disparité entre les cuvées 2015 et 2016:

Donc si on considère:

– Cet avantage de Beleskey…

– Que le contrat de Bickell a toujours été considéré comme une erreur

(Parodie)

– Que Sutter semble également surpayé: LIEN

– Que le pouvoir de négociation de Wingels et Shaw était amoindri par leur statut de joueur autonome avec compensation..

… on peut donc conclure qu’il est réaliste, même probable, que Weise obtienne, à Montréal ou ailleurs, un contrat avoisinant les 4 ans et 3 – 3.5 millions annuels.

Le problème est que ceci montre tous les signes d’un contrat que l’on regrette presque aussitôt, à la Bryan Bickell ou Ville Leino: un joueur marginal qui voit sa production augmenter considérablement l’année de son autonomie pour inévitablement retourner à son niveau normal tôt ou tard et ainsi ne pas répondre aux attentes créées par son contrat.

Certains diront que Weise semble se plaire à Montréal et aimer l’équipe, les fans, la poutine, la langue française, les manifs, bref, qu’il accepterait sûrement un hometown discount pour demeurer ici. Il faut cependant comprendre que les carrières sont relativement courtes dans la LNH et qu’à 27 ans, ceci représente sans aucun doute la meilleure occasion qu’aura Weise de passer à la caisse. Il serait fou de ne pas profiter de cette opportunité pour assurer l’avenir de sa famille. Surtout s’il a fort probablement lu cet article dans lequel Curtis Glencross, nouvellement à la retraite (forcée, faute d’emploi), dit regretter grandement la décision d’accepter de demeurer à Calgary à rabais il y a quelques années, lui qui aurait pu toucher beaucoup plus ailleurs et maintenant se retrouve sans emploi.

Marc Bergevin, de son côté, a sans doute appris de l’erreur qu’ont commise les Blackhawks avec Bryan Bickell, lui qui connaît bien le joueur et l’organisation. Il doit de surcroît agir en fonction des contrats de Price, Pacioretty et Galchenyuk, entre autres, qui viendront à échéance d’ici deux ans et déterminer si un joueur de 3e trio, aussi populaire soit-il dans le vestiaire ou dans les gradins, vaut pour son équipe l’argent et les années de contrat qu’elle devra investir pour conserver ses services.

Advenant que Bergevin choisisse de laisser aller son ailier droit, il ne manquera pas d’options, avec les Scherbak, McCarron, Hudon, Andrighetto et Holloway, pour combler le vide créé au sein du bottom-6. Sauf que l’échanger (buy low sell high) semble être une bien mauvaise option, cela dit. Échanger Weise en pleine saison de « fênêtre ouverte », alors qu’il va très, bien mal perçu par à peu près tout le monde.

Bref, profitons des gros buts et des sourires ou fou-rires que nous procure Dutch Gretzky en ce moment.

Parce qu’avec ou sans savon, il risque fort de nous glisser entre les doigts (pour rien) au mois de juillet prochain.

MISE À JOUR – Quand je vous disais que Weise fait jaser, ces jours-ci… #Hehe

Pacioretty: Rien d’inquiétant
Ceux qui sont inquiets de la disette offensive de Max Pacioretty ont la mémoire courte. Il est connu et reconnu que Patch est un joueur qui produit par séquences. Il est absent de la feuille de pointage pendant quatre, cinq, six matchs puis bang! Il explose avec quatre buts en cinq matchs, cinq en six, ou même, comme ce fut le cas la saison dernière, sept en six:

Lors de la saison écourtée de 2013, Pacioretty n’avait pas marqué au cours de ses dix premiers matchs. Puis… ceci.

Ce but a suffi à ouvrir les valves, pour 15 buts en 34 matchs pour l’Italo-Polono-Mexico-Québéco-Américain.

Il y a fort à parier que le scénario se répétera cette saison et que le prochain but du capitaine sera le premier d’une série de plusieurs en quelques matchs. Puis, il cessera de produire pendant quelques matchs. Puis, une autre explosion.

Max Pacioretty a toujours produit par séquences et il serait étonnant qu’à 27 ans, cet aspect de son jeu change.

En rafale
– La formation des Bruins en vue du match de ce soir :

– La recrue Vatrano obtient une belle opportunité de se faire valoir :

– C’est Jonas Gustavsson qui sera chargé de cacher Rask faire face au CH :

– Aucune haine entre Claude Julien et Michel Therrien :

– Le Canadien excelle contre les cinq autres équipes d’origine de la LNH :

Quand tu as le numéro de Boston et une équipe moribonde (depuis l’époque où Neil Armstrong n’avait pas encore fait son pas de géant) telle que les Maple Leafs dans ta division, ça te donne une longueur d’avance.

– On ne voit pas ça tous les jours… #CaptainSerious #MisterPerfect :

– L’un des petits plaisirs de Hockey Twitter est d’assister à des échanges entre comptes officiels d’équipes de la LNH comme celui-ci, qui a eu lieu hier, pendant la rencontre entre les Ducks et les Blue Jackets :

– Quand Patrick est d’humeur instable:

Mario Tremblay : « Y a rien là-là! Je l’ai vu ben piiire que çà, moé là! »

 

– En l’absence de leur Messie coéquipier, les Oilers sauront-ils hausser leur jeu d’un cran pour compenser sa perte?

 

– La contribution du 4e trio, une des clés du succès du CH : LIEN

– La philosophie de Michel Therrien vis-à-vis Alex Semin :

 

– Brandon Prust parle de sa fondation pour le cancer: LIEN

– La solution pour augmenter le nombre de buts, selon Sidney Crosby, qui n’est toutefois pas parfaitement impartial : LIEN

– Bonne entrevue avec le Bobfather, Bob McKenzie, qui vient d’être honoré au plus haut niveau pour un média hockey : LIEN

– Moment mémorable pour ce brave soldat :

https://twitter.com/BuffaloSabres/status/663090797441585152

– Avez-vous acheté votre coquelicot? #JourDuSouvenir #11Novembre #RespectPourNosVétérans #DonVolontaire

Hockeyment vôtre,

Serge Côté

PLUS DE NOUVELLES