Claude Julien n’a pas mis son « autorité » sur le Canadien

Claude Julien campe derrière le banc du Canadien depuis février dernier. Lors de son embauche, afin de remplacer Michel Therrien, plusieurs amateurs étaient heureux de cette situation puisque Claude Julien est un homme de structure et un orateur hors pair. Julien a eu du succès avec les Bruins, mais disons que depuis son retour à Montréal, rien ne se passe comme prévu. Le Canadien a été sorti dès le premier tour le printemps dernier et cette année, les joueurs se ramasseront sur les terrains de golf encore plus tôt.

Jusqu’à quel point Claude Julien est-il coupable? Son système de jeu est-il implanté? On s’attendait tous à une structure offensive et style de jeu agressif lorsqu’il a pris les guides. Cependant, le jeu est axé sur la défensive et le Canadien est très « passif ». Jusqu’à présent, le système de jeu est très similaire à celui qu’utilisait Michel Therrien.

Le désavantage numérique, qui était l’une des forces des Bruins à l’époque de Julien, fait pitié avec un taux de réussite de 78.1%, bon pour le 25e rang du circuit. Les équipes adverses décrochent 15 tentatives (de tirs) de plus par tranche de 60 minutes que l’an passé. Ça, ce n’est pas la faute de Carey Price. Puis, le quatuor défensif est très similaire puisque Weber (actuellement blessé), Petry et Benn y sont toujours. Alexei Emelin a été remplacé par Karl Alzner.

Joe Morrow et David Schlemko ne sont peut-être pas Nathan Beaulieu et Andrei Markov, mais ils ne sont pas coupables du comportement déficient du désavantage numérique. L’ensemble de l’unité connaît des difficultés…

En fin de compte, pourquoi cette équipe pilotée par Claude Julien ne ressemble-t-elle pas à Claude Julien? Julien a délaissé « son » style pour reprendre celui de Therrien. C’est ça que nous voyons en ce moment. Julien a-t-il laissé son système à Boston afin de prendre celui qui est imprégné à Montréal depuis trop longtemps? Je ne crois pas, mais je me questionne quand même à ce niveau. Parce qu’en ce moment, l’équipe ne joue pas au hockey à la Claude Julien.

Au final, sans le vouloir, c’est peut-être Marc Bergevin qui impose ce système à ses coachs avec les éléments qu’il fournit à ceux-ci.

En rafale

– Le beau-frère de Carey Price s’est amusé à cuisiner.

– Zach Fucale a fait de la bonne besogne ce weekend avec le Beast.

– Tout ça n’a pas été suffisant pour les Vikings, malheureusement.

– Wandrille s’est trouvé un nouveau boulot.

– Le Québec aura un nouvel Impact en 2018.

PLUS DE NOUVELLES