Claude Julien défend les lacunes de ses vétérans

Le Canadien est à Pittsburgh et ce soir, il luttera contre les puissants Penguins. Carey Price sera d’office, tout comme les vétérans qui en arrachent et les jeunes qui manquent d’expérience. Combien de fois un amateur chevronné mentionne dans une soirée que Karl Alzner est mauvais ou que les jeunes causent beaucoup d’erreurs dans la zone offensive?

Souvent. Trop souvent?

Selon le pilote, Claude Julien, les lacunes des vétérans, dont Alzner, ressortent davantage parce que les gars sont trop utilisés, dû à une quantité de vétérans qui campent à l’infirmerie. C’est vrai que les faiblesses deviennent plus évidentes et que les erreurs deviennent plus nombreuses.

Puis, dans le cas des plus jeunes, tout le monde doit être plus patient puisque ceux-ci sont en train d’apprendre le métier de joueur professionnel. L’expérience de cette année devrait certes les faire grandir de quelques pouces. Peu importe, le Canadien est mauvais, malgré les lacunes des vétérans mis en évidence et l’inexpérience des jeunes.

Par chance, Marc Bergevin pourra y remédier rapidement avec un haut choix au repêchage… et avec tout l’espace monétaire qu’il y a d’accessible. En plus de ça, si la masse salariale passe à 82 millions de dollars, Bergevin jouira d’encore plus de cash… pour attirer un certain John Tavares? Certains croient que l’avenir de Marc Bergevin dépend, en quelque sorte, de John Tavares. Souhaitons que Bergevin et Molson aient un plan pour attirer le capitaine des Islanders dans la Métropole.

Bref, avec Shea Weber et John Tavares, les lacunes de certains et l’inexpérience des autres seraient moins évidentes.

En rafale

– Moi qui croyais que tous les homologues de Marc Bergevin l’appréciaient… On dirait que ce n’est pas le cas ici, vous ne trouvez pas?

– Le gros renfort des Predators de Nashville semble sur le point de débarquer dans la ville du country.

– Kerby Rychel semble vraiment mieux se sentir avec le Rocket de Laval… Quoiqu’il a plus de glace et de responsabilités qu’à Toronto.

– C’est probablement pour ça qu’elle n’a pas le temps de m’accorder une entrevue!

– Une histoire bouleversante, où le caractère d’Erik Karlsson est rudement mis à l’épreuve.

– Puisque les Jays sont en ville, voici ce que j’ai obtenu lors d’une conférence téléphonique avec Russell Martin :

PLUS DE NOUVELLES