CH : Il fait toujours beau le 1er septembre

Le vent d’optimisme qui plane sur le Canadien en ce moment ne frise peut-être pas l’euphorie mais ressemble plutôt à une sorte de sérénité béate.

Après tout, on a perdu contre les champions de la Coupe Stanley. Pas si pire!

Photo : Canadiens de Montréal

Tout cela me laisse perplexe.

Premièrement, le partisan moyen est toujours passablement optimiste début septembre.

Les prédictions joviales fusent de toutes parts.

« Les blessés, Markov, Pacioretty et Gorges, reviendront en forme ». « Cammalleri est dû pour en scorer 40 ». « Gomez va rebondir avec une saison de 55-60 pts». « Desharnais et Eller vont exploser ». « Cole va entrer tout de suite dans le moule, 25 buts minimum ». « Subban ira au match des étoiles ». « Price fera encore mieux que l’an passé ». « Yemelin remplacera Hamrlik ». « Weber causera la surprise ». Alouette.

Si toutes ces choses arrivaient, le Canadien finirait 1er au classement.

Ce serait une année miracle, comme 2007-2008, où il n’y aurait à peu près pas de blessés, deux trios fonctionneraient à plein régime toute la saison, tout comme le jeu de puissance, un 3e trio produirait adéquatement, la défensive serait étanche et l’harmonie continuerait de régner dans le vestiaire.

Mais toutes ces choses n’arriveront probablement pas.

Il est plus probable que seulement 60-75%, max, de ces choses surviennent.

Une saison sans blessures importantes, c’est rare dans la LNH. Six attaquants, voire 9 attaquants, qui connaissent tous de très bonnes saisons aussi, c’est rare. Surtout quand il y déjà des points d’interrogations dans le lot…

Parlant de point d’interrogation, Cole et Markov permettront-il aux Canadiens de quitter les bas fonds de la LNH à 5 contre 5?

Si vous me suivez, vous arriverez à cette inévitable conclusion annuelle : toutes ces interrogations persistantes font en sorte que le CH risque fort, une fois de plus, de se battre pour une place en séries. Et oui, encore cette saison, malgré tous les retours des blessés et l’arrivée de Cole et Budaj.

Les gens semblent oublier facilement que le CH a perdu trois bons, voire très bons, vétérans en  Hamrlik, Wisniewski et Halpern. Oui, en théorie, Markov, est meilleur que Wiz s’il est en santé, mais Gorges n’est pas meilleur qu’Hamrlik et, pour l’instant, Halpern n’est pas véritablement remplacé.

Seul Cole est une nette amélioration sur Pouliot au bout du compte. La différence entre Budaj et Auld risque pour sa part d’être presque invisible.

Je le redis, Jacques Martin et sa bande doivent donc se préparer encore à une lutte pour une place en séries. Remarquez que c’est le sort de toutes les équipes qui ne font pas partie de la crème de la crème de la LNH.

Par exemple, dans l’Est cette année, à part Washington, Boston et peut-être Buffalo, si on le veut bien, quelle équipe est absolument certaine de faire les séries? Tampa Bay, Pittsburgh, Philadelphie, les Rangers et le Canadien sont toutes dans le même bateau : 1 ou 2 grosses blessures à des joueurs clés et le danger de manquer les séries devient bien réel.

Et même sans grosses blessures, il n’y a pas trop de faux pas à faire.

Il y aura de la pression derrière aussi!
Cela dit, je pense que le CH va se qualifier pour les séries quelque part entre la 5e et la 8e position. La profondeur de l’équipe n’est pas mauvaise du tout à l’aile et en défensive. L’éclosion d’Eller ou Desharnais pourrait également améliorer les données au centre et « Cowboy » Price est bien en selle devant le filet.

Mais il y aura de la pression derrière.

Regardez les équipes que l’on n’a pas nommées : toutes, sans exception, se sont améliorées, sauf peut-être les Sénateurs qui débutent cette saison une vraie reconstruction.

 

Les Islanders sont jeunes, mais ils ont du talent à revendre : Tavares, Okposo, Moulson, Grabner Niederreiter, Nielsen, Comeau, Bailey, Parenteau. Il y a une couple de choix de première ronde dans le tas! Avec le retour de Streit et la montée de Hamonic, de Haan et MacDonald, les Islanders seront assurément dans le coup.

Les Devils, ont commencé la saison tout l’an dernier : le coach était pourri, Kovalchuk était tout mêlé, Parise s’est blessé, bref ça a pris le retour de Jacques Lemaire pour venir mettre de l’ordre là-dedans et, après les Fêtes, les Devils sont redevenus les bons vieux Devils hermétiques en défensive et opportunistes en attaque. Les Devils ont un beau mélange de jeunes et de vétérans ainsi qu’une belle profondeur à toutes les positions. Ils pourraient causé la surprise dans l’Est à mon avis.

Les Hurricanes, eux aussi, ont plusieurs bons jeunes, dont Skinner, McBain, Sutter et Dalpe, et quelques bons vétérans pour les guider, dont Pitkanen, Gleason et Kaberle en défensive. Leurs gros canons ne sont pas piqués des vers : Staal, Ruutu, Jokinen. Avec Ward dans les filets, non vraiment, tout compte fait, les Canes vont vendre chèrement leur peau.

Même Toronto, déjà pas si mal en défensive et dans les buts,  pourrait surprendre. Leurs ailiers, Kessel, Lupul, MacArthur, Kulemin, Armstrong et Kadri forment un beau six pack et ils ont quatre joueurs de centres potables offensivement : Connolly, Grabovski, Bozak et Lombardi. Sans oublier Colborne qui pourrait percer l’alignement. Mais, il ne faudrait quand même pas surestimer Reimer, comme on semble le faire dans la « Ville reine » depuis le début de l’été. Des gardiens sortis de nulle part qui connaissent une bonne fin de saison pour une équipe virtuellement éliminée, on a déjà vu ça.

De leur côté, de retour dans les Prairies, les Jets de Winnipeg joueront comme des gros cols bleus infatigables, à l’image de leur capitaine Andrew Ladd. Une belle et talentueuse défensive, un bon gardien, c’est déjà une solide base. Bon, ça ne devrait pas suffire, car l’attaque fait pitié, mais sait-on jamais, la ville sera derrière eux, et comme le chantait Céline Dion, Love can move mountains. Bon ok, elle est rough celle-là, j’avoue… Une chose est certaine cependant, plusieurs joueurs risquent de ressortir « puckés » de Winnipeg, pas à cause du nouveau groove dans les bars du Centre-ville, mais surtout à cause de Ladd, Wheeler, Kane, Fehr, Cormier, Thorburn, Glass, Byfuglien, Bogosian. Ça commence à faire de la viande à gérer.

Pour leur part, les Panthers ont été très actifs cet été, mais ça risque d’être un peu n’importe quoi en Floride cette saison. On a comme l’impression que Dave Tallon a voulu paqueter son club de joueurs de 3e trio afin de les refiler à des équipes dans le besoin au mois de février. Mais, sauf exception, il leur a tous offert des contrats à long terme! S’imagine-t-il qu’on peut construire à coup de millions autour de Fleischmann, Versteeg, Bergenheim et Upshall? Je vous épargne les autres…

Enfin, comme on le disait plus tôt, les Sens sont en reconstruction. Quand ton meilleur ailier a 39 ans et qu’il revient d’une grosse blessure, que ton 2e meilleur ailier s’appelle Michalek, que ton 3e s’appelle Foligno et que ton deuxième centre s’appelle Regin, t’es dans le trouble en simonac, pour ne pas dire autre chose. Pauvre détenteurs de billets de saison, ayoye! Ils auront, Karlsson, Runblad et Cowen en défensive, pour se redonner de l’espoir. Comment se fait-il que Brian Murray soit toujours en poste? Un autre grand mystère de « Planète Ottawa ».

On vous reviendra la semaine prochaine avec une évaluation plus précise des 8 équipes de l’Est qui devraient, je dis bien devraient faire les séries.

PLUS DE NOUVELLES