Le capitaine de retour | Money talks

Ça ne faisait pas réellement de doute, mais le soulagement se fait tout de même sentir depuis hier à Montréal alors que tous les médias montréalais confirment la prolongation de contrat d’un an du capitaine Patrice Bernier avec l’Impact de Montréal.

La nouvelle aurait été confirmée par Jérémy Filosa au 98,5 FM tout juste avant d’être reprise par TVA Sports qui ne s’est pas gêné pour proclamer l’exclusivité, déclenchant une petite confusion sur la réelle paternité du scoop… Évidemment, ceux qui savent où bien s’informer au niveau de l’Impact savent pertinemment que le capitaine avait presque déjà confirmé son retour aux gars du Kan Foot Club avant Noël, mais peu importe!

Il manque encore certains détails, mais Bernier aurait signé un contrat d’une saison incluant une ou des clauses l’assurant d’un poste dans l’organisation suite à sa retraite. Aucune surprise ici, mais doit-on en déduire que 2017 sera bel et bien la dernière saison de sa carrière? Peut-être, mais peut-être pas. Tout dépendra de l’allure de la campagne.

Le milieu du 4-3-3 qui a mené l’équipe en finale de l’Est est donc entièrement de retour pour la prochaine saison, et Blerim Dzemaili viendra s’y greffer à partir de la fin du mois de juillet. Pour le moment, seul Calum Mallace s’offre comme réel remplaçant à ce niveau, il faut donc logiquement s’attendre à un ajout de profondeur d’ici le début du camp d’entraînement. On s’attendait à Panagiotis Kone, mais la piste semble s’être refroidie depuis. À suivre…

Je vous invite d’ailleurs à aller prendre 2 secondes pour « liker » ma page Facebook et mon compte Twitter, pour plus d’informations entre mes textes sur le site!

Dans ce dossier, c’est réellement l’Impact qui se serait retiré du dossier. Kone était trop gourmand? L’Impact a une nouvelle cible? Des changements dans le dossier Nacho Piatti ont fait reculer Joey Saputo?

D’ailleurs, je suis de plus en plus confiant que Piatti reviendra honorer la fin de son contrat à Montréal. Sans pouvoir le confirmer à 100%, car « tout peut arriver dans le monde du foot », les nouvelles sont encourageantes.

On sait que Boca Juniors a fait une offre pour Nacho, mais c’est le silence radio depuis, ce qui permet de déduire que le montant proposé n’était pas suffisant au goût de Joey Saputo. Il ne vendra pas son meilleur jouer à n’importe quel prix, même si renflouer les coffres doit être particulièrement tentant.

D’autant plus que je crois de moins en moins au fait de voir Nacho sous le maillot de Boca. Si l’équipe offrait la lune à l’Impact, d’accord, mais je doute que ce soit Piatti lui-même qui pousserait pour aller y jouer, même si le club est légendaire. On l’a dit et redit, mais Nacho ira à San Lorenzo lorsqu’il retournera en Argentine. Car oui, il ira conclure sa carrière dans son pays natal, sans aucun doute.

En bref, conseil d’ami, même si d’autres rumeurs vont assurément survenir, ne vous débarrassez pas trop vite de votre maillot #10. Nacho illuminera les soirées d’été au Stade Saputo encore une fois en 2017…

MONEY TALKS
La nouvelle fait beaucoup de bruit depuis quelques jours, la Coupe du Monde passera de 32 à 48 équipes dès 2026, ce qui devrait permettre à plus ou moins 3 équipes de la zone CONCACAF de s’ajouter au tournoi.

D’abord, impossible de ne pas se réjouir du fait que la porte devient grande ouverte pour le Canada, qui pourrait régulièrement se qualifier avec un tel format. D’autant plus qu’on parle énormément ces jours-ci d’une possible candidature mixte Mexique, États-Unis et Canada pour cette Coupe du Monde 2026, donc l’unifolié s’en trouverait qualifié d’emblée.

Il faut toutefois amener un (très gros) bémol, à mon avis. Montréal se remet tout juste d’un championnat du monde junior qui a été un succès sur la glace, mais plus difficile dans les gradins. Pourquoi? Parce que des décideurs en cravate ont décidé qu’il était logique et censé de vendre des billets entre 100 et 300$ pour des matchs juniors, peu importe l’intérêt des fans, l’historique du tournoi. Peu importe le gros bon sens, au fond, tant qu’on se remplit les poches…

C’est un peu la même histoire qui se répète ici. Pourquoi faire compétitionner seulement 32 équipes quand on peut en ajouter 16 de plus et tout ce que cela implique comme paiement de droits télévisés, de commandites, de placement de produits et j’en passe?

La nouvelle formule dénature un peu « l’historique » Coupe du Monde, probablement la compétition la plus populaire à l’échelle de la planète. 16 groupes de 3 équipes, ça implique un dernier match qui peut « ne rien vouloir dire », où les deux équipes pourraient s’assurer d’un match nul pour passer. De l’anti-soccer à son meilleur, on le voit déjà venir…

Pour pallier à ce problème, la FIFA pourrait éliminer les résultats nuls et pousser les matchs jusqu’aux tirs de pénalités même en ronde préliminaire. C’est bon pour le spectacle, mais on dénature encore un peu plus l’événement, question de bien garnir le portefeuille…

À ce sujet, je vous suggère cette excellente chronique de Patrick Leduc ainsi qu’un bon texte récapitulatif de Fox Sports.

DANS L’ABRI
– On le savait déjà, mais TVA Sports est officiellement devenu le diffuseur principal de l’Impact de Montréal en français, alors que TSN conserve les droits anglophones… RDS en échappe une autre, mais n’a que ce qu’il mérite. TVA Sports est déjà, et de loin, supérieure à son rival au niveau de la couverture de l’Impact et de la MLS. Au-delà de l’argent, Frédéric Lord, Vincent Destouches et Nicolas Martineau font simplement un meilleur travail que leur concurrent. RDS conserve tout de même le Championnat Canadien, la Ligue des Champions CONCACAF, les Coupes du Monde, la Champions League et une partie de la Premier League… Pour un récapitulatif, voici un texte à lire.

– On annonçait la mort de la NASL, mais la ligue continue d’exister pour le moment (en format réduit). Même le New York Cosmos, qui avait pourtant mis fin aux contrats de tous ses joueurs, sera de retour cette saison. La NASL est toujours considérée comme une deuxième division, mais la USL également, ce qui donne un portrait assez étrange des ligues en Amérique… Deux D2.

– C’est ce vendredi qu’aura lieu le SuperDraft de la MLS. Les meilleurs espoirs sont actuellement réunis à Los Angeles pour le Combine, où toutes les équipes de la ligue peuvent les observer. Il ne faut pas s’attendre à un coup de circuit, les joueurs qui sont repêchés ne deviennent que très rarement des joueurs d’impact, et peinent même pour la plupart à s’implanter en MLS. D’ailleurs, selon les analystes, la meilleure prise de l’Impact jusqu’à maintenant au repêchage n’est nul autre que… Calum Mallace. Ça remet les choses en perspective!

On raconte toutefois que le draft de cette année offre une belle profondeur au niveau de la défense. L’Impact n’a toujours pas bougé à ce niveau, et je ne serais pas surpris de les voir repêcher au défenseur à nouveau (après Kyle Fisher). Mais bon, à moins d’un Keegan Rosenberry ou Joshua Yaro, ne vous attendez pas à voir un joueur sélectionné vendredi obtenir beaucoup de minutes en 2017…

Tout ce qu’il faut savoir sur le SuperDraft 2017, et un MockDraft pour les intéressés!

– Est-ce que l’Impact pourrait repêcher un autre Dominic Oduro?

– Jack Stern remplace Youssef Dahha comme entraîneur des gardiens de but avec l’Impact de Montréal. Visiblement, l’immobilité de Bush sur sa ligne et ses sorties erratiques auront coûté le poste du pourtant bien aimé Youssef Dahha. Au moins, Stern semble être un excellent coach, d’autant plus qu’il connaît très bien Maxime Crépeau, le gardien #2 de l’équipe.

Le camp de l’Impact de Montréal s’amorce le 24 janvier prochain, au Stade Olympique. C’est dans 2 semaines ça, et l’Impact n’a pas réellement remplacé les pertes de Shipp, Venegas, Bekker… Est-ce que l’équipe bougera d’ici là?

N’hésitez pas à commenter et suivez-moi sur Twitter et Facebook.

ALLONS!

PLUS DE NOUVELLES