CAMP D’ENTRAÎNEMENT DU CANADIEN : ÉVALUATION DES ESPOIRS

On vous propose cette semaine une série de deux articles sur le camp d’entraînement du CH.  On commence aujourd’hui par une évaluation des jeunes espoirs. Une analyse du jeu des vétérans aura lieu, comme il se doit, dans quelques jours, soit vers la fin du camp.

Alors, que nous ont montré les jeunes jusqu’ici?

Deux noms sont ressortis du lot
Malgré que ce fut moins convaincant hier à Halifax, Nathan Beaulieu a démontré tout le talent naturel qu’il possède lors de ce camp d’entraînement, dont un coup son patin poétique. Le faux Yves Desgagnés de Zéro à 1000 dans 3600 secondes s’exprimerait sans doute : « C’est Tchekhov!!! » Sérieusement, le processus de raffinement peut s’enclencher dans le cas de Beaulieu (positionnement, patience, prise de décision, force, etc.). Il devrait normalement faire partie d’Équipe Canada cet hiver, on a presque envie de dire à moins d’une surprise majeure. Si sa progression va comme prévue dans la prochaine année, les dirigeants du CH vont peut-être devoir prendre une décision importante dans son cas à l’automne 2012. Il serait difficile et peut-être injuste de lui trouver des comparables à ce stade-ci de son développement étant donné qu’il a encore au moins 15-20 livres et beaucoup de maturité à prendre dans les 2-3 prochaines années, mais Ehrhoff, Niedermeyer, Yandle, Letang, Whitney et Subban, tous à divers degrés, pourraient être considérées comme des modèles possibles. Cela nous indique quand même une orientation très claire : un futur défenseur complet avec un fort penchant pour l’offensive. Maintenant, le retour à St-John se fera-t-il en douceur?

Brendan Gallagher, de son côté, s’est dévoilé au grand jour et gravit les échelons de la hiérarchie des espoirs du club tel un funambule. C’est lui qui connaît présentement le meilleur camp parmi tous les jeunes de l’organisation et, en fait, bien peu de vétérans ont mieux fait que lui. Le kid a des mains exceptionnelles, un coup de patin qui progresse bien, du chien à revendre, une confiance naturelle en ses moyens ainsi qu’une très bonne tête. Avec un peu de chance et un bâton moins serré, il aurait déjà amassé 3-4 buts au camp.  Je dirais qu’il est un mélange des joueurs suivants : Sam Gagner, Jordan Eberle, Brian Gionta, David Perron et Brad Marchand. On sera forcé de le classer juste derrière Beaulieu lors de notre prochain classement des espoirs (à lire dans les prochaines semaines). Il devrait lui aussi normalement être de la formation canadienne durant le temps des Fêtes, et probablement dans un rôle offensif par-dessus le marché. Être soudainement perçu comme un futur joueur d’impact, c’est tout un exploit pour ce choix de 5e ronde en 2010, 147e au total. Allez, tout le monde ensemble, BRAVO TREVOR TIMMINS!

Ils connaissent aussi un bon camp
Dans le cas de Gabriel Dumont, lui aussi un choix de 5e ronde, mais en 2009, on a toutes les raisons de croire sur paroles ce même Timmins qui nous avait dit, lors de son repêchage, que Dumont atteindra la LNH un jour. Dumont connaît un très bon camp et il est effectivement une excellente réplique de Maxime Talbot. S’il continue sa progression, il se pourrait bien (lire, il est presque assuré) que le jeune Québécois joue quelques matchs dès cette saison avec le grand club, peut-être même plus tôt que l’on pense. Sinon, il devrait normalement forcer sérieusement la main de Jacques Martin et Pierre Gauthier pour un poste à temps plein l’automne prochain, alors qu’il aura normalement gagné en force et en rapidité. Dumont lit très bien le jeu et impression par son jeu défensif en appui à ses défenseurs. Il relance très bien l’attaque et on sait qu’il n’a pas une mauvaise touche autour du filet même si on a peu vu cette facette de son jeu jusqu’ici. Bref, un autre bonus pour l’organisation. Allez, encore une fois, tout le monde ensemble, BRAVO TREV…!

Gabriel Dumont pourrait bien porter le vrai chandail sous peu…
Photo: Cyberpresse

Si Beaulieu nous semble encore un peu vert, le russe de 25 ans qu’on attendait depuis longtemps, Alexei Yemelin, démontre une belle maturité dans son jeu en général. Il fait un peu de tout et il le fait assez bien. On a hâte de le voir avec un partenaire stable à la ligne bleue, il ne sera que plus efficace. Ce n’est pas très compliqué, Yemelin doit se présenter à l’organisation  en tant que défenseur complet orienté davantage vers la défensive. C’est lui qui devra assumer en bonne partie le remplacement d’Hamrlik cete saison. Ajoutons-lui une bonne dose de robustesse et un excellent coup de patin et Yemelin a les outils pour réussir son mandat

Le choix de 4e ronde au dernier encan amateur, Olivier Archambeault, en est un autre qui risque de bien faire paraître Trevor Timmins tôt ou tard. On peut tout de suite voir qu’Archambeault possède un talent sûr. Et on ne parle pas seulement de ses mains. Le coup de patin, la vision, l’équilibre sur patin, tout semble y être, même un peu de chien. Survivra-t-il aux premières coupures? Il le mériterait en tous cas. Peu importe, on a très hâte de voir ce que ce premier choix au total de la LHJMQ en 2009 pourra faire à sa troisième saison chez les juniors, lui qui jouera désormais à Drummondville.

Enfin, si l’on me permet de classer encore David Desharnais parmi les jeunes espoirs, disons simplement qu’il a été excellent avant de se blesser.

Le jury ne s’est pas encore prononcé
Toujours chez les jeunes espoirs. Que pensez-vous de Jarred Tinordi? Personnellement, je préfère retenir encore un peu mon jugement. On est clairement en face d’un projet à long terme. Rien n’est encore à point chez ce joueur. La défensive reste à polir, la puissance du coup de patin, la qualité de la première passe, la force générale, etc. Tout est à améliorer. À 6’7, idéalement, ce joueur devra un jour faire osciller la balance à environ 235 lbs pour être une brute en défensive. Est-ce que ça vaut la peine de choisir ce genre de joueur, un futur Komisarek/Gill/O’Byrne/Ericsson, en 1ère ronde (en plus de céder un choix de 2e ronde)? Je ne le sais pas encore, mais j’en doute énormément. J’ai comme l’impression qu’on l’a un peu surestimé au repêchage de 2010. Cela dit, il faudra être patient. Un jour il pourrait avoir son utilité, je ne dis pas le contraire. Encore une saison complète dans le junior, une autre dans la AHL et on s’en reparle?

Du côté d’Alexander Avtsin, on a tenté de frapper un coup de circuit en 4e ronde en 2009. Au bout du compte, on aura au mieux un long double dans l’allée de droite. Ce sera mieux que rien, mais est-ce que ce sera suffisant pour s’établir dans la LNH un jour? Pas si sûr. Avtsin a une bonne portée, un bon coup de patin, des bonnes mains, mais on ne voit vraiment pas le style nord-américain à la Ovechkin qu’on nous avait annoncé à l’époque. La prochaine saison à Hamilton pourrait dicter bien des choses. Mais n’oublions pas que l’on parle d’un joueur d’à peine 20 ans. Un déblocage total est encore possible dans son cas. Ce n’est pas le camp de la dernière chance pour lui. À son âge Andrei Kostitsyn n’était pas vraiment meilleur.

Palushaj a-t-il le niveau d’énergie pour jouer dans la LNH?
Photo: The Gazette

De la même manière, le jury n’a toujours pas tranché du côté d’Aaron Palushaj. Bon, il était sur le point de le faire d’une façon assez négative, puis pif, paf, pouf, le joueur obtenu en retour de D’Agostini a produit 4 points à ces deux derniers matchs! Palushaj est clairement plus à l’aise avec des joueurs de talent. Il a besoin de plus d’espace et de temps pour se démarquer, ce qui lui est possible lorsque la rondelle arrive plus vite et lorsque ses coéquipiers sont mieux démarqués.  C’est pourquoi il fait encore partie des plans de l’équipe à court et moyen terme; il possède certaines habilités du niveau de la LNH. Une blessure à un ailier de talent et Palushaj devient presque un rappel automatique. On aime son coup de patin, ses bonnes mains, sa vision, mais on apprécie beaucoup moins son jeu le long des rampes qu’il est supposé avoir amélioré. Malgré une certaine combativité, il n’est vraiment pas très fort physiquement.

Rafael Diaz, sans être génial, n’a pas été mauvais dans l’ensemble. Un peu plus rapide dans son exécution que son compatriote Weber, autant en attaque qu’en défensive, mais encore rien pour écrire à sa mère. Étant donné qu’on l’a peu vu, on préfère retenir notre jugement dans son cas. La deuxième portion du camp pourrait nous le faire voir sous un meilleur jour, mais il devra éventuellement faire ses classes à Hamilton avant que l’on puisse voir en lui un vrai joueur de la LNH.

Toujours dans la catégorie couci-couça, Andreas Engqvist ne donne pas sa place lui non plus. On ne s’attendra jamais à quelque chose d’exceptionnel de sa part, mais on est en droit à voir plus de détermination. Son jeu est trop timide comme en témoigne son dégagement dans le match d’hier à Halifax alors qu’il aurait pu descendre à deux contre un avec Kostitsyn… Dumont est en train de le tasser dans la hiérarchie pour un éventuel poste de 4e joueur de centre. Il est grand et assez costaud, mais très lent et passablement unidimensionnel. Dans la catégorie de Suédois incolore, inodore, sans flavor comme Dackell et Sundstrom…

Pour sa part, Mike Blunden pourrait paraître assez bien dans un rôle d’énergie sur un 4e trio, un poste à sa portée.  Malgré une performance moins convaincante hier contre les Bruins, il sait patiner et frapper, c’est déjà ça. Pas grand-chose à envier à Travis Moen de ce côté.  Mais pour ceux qui aiment la bataille, ne compter pas trop sur lui. Je vous mets au défi de trouver sur Youtube un combat où il a eu le dessus sur son adversaire.

De son côté, Frédéric St-Denis se fait discret, mais dans son cas, c’est bon signe, il suit le rythme et pratique un style prudent. En ce sens, il fait effectivement un peut penser à un genre de Josh Gorges, son modèle, dit-il. Mais, malgré toute sa bonne volonté, il demeure pour l’instant une assez pâle copie du #26 du Canadien. Il lui manque un élément qui le ferait sortir du lot.

Un camp difficile…
Yannick Weber connaît malheureusement un camp très difficile. En gros, on dirait qu’il ne fait rien de bon. Où est l’offensive dont on s’attend de lui? Où est le progrès en défensive? Faut-il s’inquiéter ou Weber se la coule juste très douce au début du camp maintenant qu’il a un contrat de deux ans en poche? La deuxième portion du camp qui offrira du jeu plus structuré pourrait lui être bénéfique à lui aussi. C’est à souhaiter…

Dommage…
Michaël Bournival
va finalement jouer un premier match ce soir, mais c’est vraiment dommage que lui, Louis Leblanc ainsi que Lars Eller n’aient pas pu se faire valoir lors de ce camp jusqu’ici. Leurs présences auraient ajouté passablement de couleur et de talent aux formations de Jacques Martin. On aurait peut-être eu droit à une équipe B plutôt qu’à une équipe C lors des matchs hors-concours…

PLUS DE NOUVELLES