Brendan Gallagher : un joueur élite?

La dernière saison des Canadiens de Montréal a été très décevante. Cependant, quelques points positifs ont été remarqués. Très peu effectivement. Néanmoins, Brendan Gallagher a démontré de belles aptitudes.

Ce n’est pas resté inaperçu :

Jared Brook lui donne un statut de joueur élite. Il n’a pas tout à fait tort pour être honnête. Déjà à sa saison recrue, il a montré de belles choses. En 44 parties, lors de la saison écourtée en raison d’un lock-out, il a obtenu 15 buts et 13 passes pour un total de 28 points.

Il est vrai que les blessures l’ont ralenti au cours des dernières saisons, mais lors de la saison 2017-2018, il s’est véritablement établi comme un joueur de talent. Avec son style de jeu assez énergique, on aurait pu croire à une baisse de régime de sa part, mais cela ne s’est tout simplement pas produit.

En fait, il a connu sa meilleure saison en carrière avec ses 54 points (31 buts et 23 assistances). Cependant, ce sont d’autres statistiques qui sont davantage impressionnantes. Il a terminé au huitième rang de la ligue pour les chances individuelles de marquer à 5 contre 5. De plus, il a été cinquième pour les occasions individuelles de marquer dangereuses. De plus, il a eu moins de temps de glace que d’autres joueurs élites.

C’est vraiment ces statistiques qu’il faut retenir. Il est capable de faire les jeux à lui seul. En fait, il rend ses coéquipiers meilleurs. Ce qu’un joueur de talent est capable de faire.

Il faut ajouter que Tomas Plekanec était son centre pour la majorité de la saison. Sans rien enlever à ce joueur, ce n’est pas celui qui a le plus grand flair offensif. Alors, Brendan Gallagher est capable de jouer avec n’importe qui et d’être en mesure de produire.

Celui qui joue avec fougue et avec le cœur comme plusieurs le disent est un grand favori de la foule. En fait, ces joueurs se font assez rares dans l’enceinte du Centre Bell. Ses qualités de leader et de marqueur font de lui une denrée rare. Il est la plus grande menace que les clubs adverses doivent contrer.

Bref, la réponse à la question est qu’il est véritablement un joueur élite. Bien qu’il est dans l’ombre, il ne faut pas le sous-estimer.

Pour un joueur qui représentait une équipe ordinaire, ses statistiques de la dernière saison sont assez évocatrices. Les partisans ont au moins de quoi se mettre sous la dent en ces temps difficiles.

En Rafale

– Cela fait déjà 30 ans!

– Hilary Knight de retour avec les Canadiennes.

– Le favori de la foule est éliminé.

PLUS DE NOUVELLES