Bonne décision, insérer Pateryn? Tout dépendra de Gilbert | Michel Therrien a la main heureuse avec ses confrontations

À première vue, la décision de réintégrer Pateryn dans l’alignement pourrait sembler douteuse.

La nouvelle LNH est plus rapide et aussi plus élaborée sur le plan tactique. Les équipes envoient souvent deux chasseurs aller cueillir la rondelle en fond de territoire dans des situations où un défenseur se retrouve sur son côté faible. Dans ce cas, l’arrière perd une fraction de seconde non seulement pour prendre une décision, mais aussi pour transférer la rondelle du revers à son côté fort. En séries, ça ne pardonne pas.

Il faut toutefois se demander lequel des deux scénarios est le moins nuisible :

– Gonchar, qui a 40 ans et qui a perdu ses jambes, réintègre la formation sur son côté fort après une longue absence. Il le fait au détriment de Pateryn qui a connu dans l’ensemble une excellente fin de saison.

– Pateryn obtient un vote de confiance bien mérité. Son jeu physique et sa qualité de relance sont à l’épreuve des séries. En contrepartie, Tom Gilbert doit jouer sur son côté faible. Il a d’ailleurs connu certaines difficultés à la gauche de Petry cette saison.

Le personnel du Canadien a opté pour la 2e option. Et ce qui va déterminer si, oui ou non, leur décision est la bonne, ce sera l’ajustement de Gilbert sur le flanc gauche.

Therrien a fait savoir en conférence de presse son intention de répartir ses minutes de façon équilibrée sur trois paires de défense, et non tracer une ligne entre le top-4 et le « reste ». Or, lors des trois derniers matchs, le tandem Beaulieu-Gilbert semblait être le maillon faible – pas si faible, mais disons le plus faible – de la brigade défensive. Le pari que Therrien est en train de faire est celui de relancer la 3e paire en y insérant un jeune qui a fait ses preuves. Du même coup, il injecte un peu de muscle à ses effectifs. Avec la tournure que prend cette série, ce n’est évidemment pas de refus.

Après réflexion, ça semble bel et bien être le pari à prendre.

Il faut noter que Greg Pateryn n’a pas encore utilisé son arme secrète : un tir pesant de la pointe. En 17 matchs avec le Canadien, il n’a tenté que 20 tirs au but et en a cadré seulement 10. C’est en déballant cette facette de son jeu qu’il deviendra le 5e défenseur complet qu’on voyait en lui.

Avec Pateryn sur la glace, le Canadien a obtenu 51.56% des chances de marquer et 50.88% des tentatives de tirs durant un total de 202 minutes de jeu. Le défenseur droitier a joué à la droite de Gilbert pendant 15 minutes cette saison. Ensemble, ils ont affiché un Corsi de 75%. À prendre avec un énorme grain de sel cependant, car il s’agit d’un échantillon anorexique…

Et vous savez autant que moi comment les irrégularités peuvent fausser les données à court terme… 

Therrien donne le ton avec son 3e trio

Ce qu’il faut retenir dans cette série, c’est la latitude que procure le trio de Eller à l’entraineur Michel Therrien, qui parvient à des confrontations favorables.

Lors du match #3, Eller et De la Rose ont amorcé quatre présences en territoire défensif et n’ont obtenu aucun départ en zone offensive – on parle bien des départs, on ne prend pas en note les mises au jeu à la suite d’un tir. Malgré ça, le Danois a presque fait jeu égal à l’opposition, étant sur la glace pour 5 chances de marquer pour et 6 contre. De la Rose, lui, a fini plus amoché, étant présent pour 4 occasions pour et 7 contre.

Un peu plus difficile pour DLR dernièrement. C’est un défi énorme de jouer en séries à 19 ans, surtout pour un spécialiste défensif. 

Therrien utilise cette troisième ligne à bon escient comme aspirateur de minutes dures afin d’alléger les responsabilités des autres trios. Toujours durant le 3e match, la 3e unité a limité les dégâts en étant déployé systématiquement pour des mises en jeu défensives contre le top-6 Ottavien, la plupart du temps accompagné d’Erik Karlsson. Le 3e trio a disputé près de cinq minutes à forces égales face à Stone, Turris et MacArthur – LA grosse ligne des Sens –  et presque quatre face à Ryan, Michalek et Zibanejad – un 2e trio avec beaucoup de potentiel offensif.

Par conséquent, Desharnais, Pacioretty et Smith-Pelly ont pu disputer plus de cinq minutes à 5 contre 5 face au trio de Condra, Pageau et Lazar, qui n’était simplement pas de taille. Bien sûr ils ont aussi eu leur part de travail pour contrer la grosse ligne Stone-Turris-MacArthur, mais tout ça a été atténué par un taux équilibré de mises en zone offensives et défensives (5-6 pour Desharnais).

La ligne de Plekanec est certes la plus bénéficiaire du travail de moine de Eller et cie. Galchenyuk, Gallagher et Plekanec ont été opposés au gros trio des Sens pendant moins de trois minutes pour se frotter majoritairement à Michalek, Zibanejad et Ryan et un peu à Condra, Pageau et Lazar. Pour une rare fois, Plekanec n’a pas été étouffé et s’est vu amorcé 6 présences en zone offensive, contre 5 en zone défensive.

Pageau (6-12), Lazar (7-8) et Condra (3-10) ont ainsi fini leur soirée dans le rouge en ce qui a trait au différentiel des chances de marquer.

Zibanejad (7-13), Michalek (10-12) et Ryan (7-13) se sont faits dominés par le trio de Plekanec et le trio d’Eller leur a sappé du momentum durant leurs mises en jeu offensives.

Quand une équipe en transition comme le Canadien n’a pas assez de talent brut offensif, l’entraineur peut compenser en tablant sur une ligne défensive qui soulage les deux trios d’attaque les plus talentueux. D’où l’importance d’un joueur comme Eller ou DLR.  

Il faut donner le crédit à Therrien qui a coiffé son homologue à l’étranger dans la bagarre des confrontations ! Il semble à son meilleur quand il a amplement de temps pour se préparer et se concentrer sur un seul adversaire. En quelque sorte, c’est un peu ça, l’expérience.

Même Berkshire commence à se rétracter. C’est beau à voir.

En rafale
– Dustin Byfuglien a fait un Marshawn Lynch de lui-même! LIEN

– Bonne nouvelle pour l’amateur de boxe !

– Zdeno Chara jouait-il malgé une cheville fracturée? Ça alors! LIEN

– Un 5e affrontement Canadien-Sénateurs aurait lieu vendredi. LIEN

– Jeff Petry joue comme un défenseur #2 à l’heure actuelle, rien de moins. LIEN

– Jarred Tinordi devrait être rétabli à temps pour le camp d’entrainement, l’an prochain. LIEN

PLUS DE NOUVELLES