Anthony Duclair aura sa chance avec les Blackhawks

Apparemment, l’intérêt n’était pas très élevé, en Arizona, lorsqu’il était question du jeune Anthony Duclair.

Suite à la demande de transaction que le Québécois avait soumis à son directeur général et qu’on ait appris que son agent passait des appels aux directeurs généraux de la LNH afin de tâter le terrain, plusieurs insiders avaient rendu public que les équipes étaient assez sceptiques et ne semblaient pas avoir de réel intérêt notable envers l’ancien des Remparts.

Semblerait-il toutefois que les Blackhawks ont trouvé une entente qui les arrangeait, au niveau du cap salarial, et ils ont donc décidé de faire l’acquisition de Duclair.

Sauf son potentiel de marqueur d’environ 20 buts par campagne, Stan Bowman aura vu en lui une occasion parfaite de se départir du contrat de Richard Panik, qui ne semble pas tenir la cadence en 2017-2018. Au niveau statistique, ça ne semble pas si pire, mais au fond, le slovaque n’avait plus vraiment sa place dans la ville des vents.

Aucun salaire n’a été retenu dans la transaction.

L’été dernier, après une saison de 44 points de Panik, les Blackhawks lui avaient offert une entente de deux saisons qui lui rapporteraient en moyenne 2.8 millions de dollars par campagne.

Le Canadien aurait-il du tenter sa chance? Il avait de quoi payer…

J’aime bien l’allusion.

Ce sera une deuxième transaction d’envergure entre les Coyotes et les Blackhawks, après celle qui a envoyé Hjalmarsson dans le désert, cet été. Je ne dirais pas que celle-ci était un cadeau, toutefois.

Laurent Dauphin, qui avait fait partie de cette transaction, retourne en Arizona.

Néanmoins, le Québécois bénéficiera d’une nouvelle opportunité de se faire valoir. Qui sait, peut-être qu’il sera employé, à un moment ou un autre, aux côtés de Jonathan Toews?

En Rafale

– Plusieurs ignorent que Brett Lernout a fait son parcours scolaire en français…

– À lire!

– Cale Makar a refusé une place au sein d’Équipe Canada pour les Jeux Olympiques.

– Finalement, il est encore là, Zachary Fucale…

– Bien dit. Littéralement par défaut.

Parce qu’en réalité…

PLUS DE NOUVELLES