Une année charnière pour l’Impact, avant la confirmation

Publié le 25 décembre 2016 à 12:00 par

Julien Tardif

Joyeux Noël à tous!

Que cette journée soit heureuse pour tous, et que vous trouviez réconfort et amour avec vos familles et amis. À la fin, c’est tout ce qui compte.

2016 fût une année charnière, importante dans l’histoire de l’Impact, qui doit s’y appuyer pour bâtir le futur et surtout pour s’en faire une référence vers le haut, vers les sommets.

bilan-impact-victoire

Mais 2016 fût aussi l’année où DansLesCoulisses a choisi de faire une petite place au monde du soccer. Non, ce ne sera jamais aussi populaire que le hockey au Québec, en tout cas certainement pas de mon vivant. Il reste que l’Impact fait partie de l’univers sportif montréalais, et quand même un (excellent) blogue comme celui de mon ami Max Truman accepte de lui faire une place, d’en parler, même à un public qui n’y est pas nécessairement traditionnel, c’est un signe de santé, de saine concurrence.

Si certains d’entre vous détestaient le soccer à la base et ont pu le découvrir quelque peu en tombant sur un de mes articles, cela fait de moi un homme heureux. Pour les autres, fans de soccer, partisans de l’Impact, famille #IMFC, je vous dit merci du fond du coeur de lire, de partager, de commenter et de réagir aux multiples articles que j’ai écrit durant la dernière saison.

Montréal est une ville passionnée pour ses équipes sportives, et l’Impact a réellement goûter à cet amour en 2016, tout comme notre équipe à DLC. Pour cela, encore une fois merci, et surtout au plaisir de continuer durant la prochaine saison!

2016, vers 2017
Voilà, assez de blabla! En ce jour de Noël, j’avais envie de m’offrir un petit retour sur la dernière année 2016 de l’Impact de Montréal. Une année en montagnes russes, comme ils disent, qui aura assurément testée le degré de support des partisans les plus confiants!

La saison 2016 a commencée sur un vrai high, sans réellement qu’on s’y attende. La dernière entre-saison avait été ponctuée de rumeurs étranges sur Didier Drogba et l’équipe était toujours à la recherche d’une stabilité en milieu de terrain, donc personne ne savait trop à quoi s’en tenir.

Dès le début, Piatti s’est chargé de nous rappeler qu’il prendrait les choses en main. Le premier but de la saison, à Vancouver face aux Whitecaps, était magnifique et était surtout annonciateur de ce que notre Nacho national allait nous réserver pour toute la saison.

On savait que Piatti était fort, même très fort. Mais à ce point? Nacho s’est imposé comme un top 5 de la MLS en 2016, et au moment où la ligue commence à devenir sérieuse et a attirer de meilleurs joueurs. L’Impact de Montréal, cette dernière année, c’était Nacho. Ça passait ou ça cassait par lui, carrément. Il était magnifique à voir, et je vous suggère de l’observer le plus souvent possible en 2017, qui risque fort d’être sa dernière année à Montréal. No Nacho, no party!

Mais bon, malgré un début de saison encourageant, l’Impact est assez rapidement retombé dans les mauvaises habitudes qui sont historiquement siennes en MLS. Défensive poreuse, buts accordés dans le dernier quart d’heure de jeu, faiblesse évidente sur jeu arrêté… Ce qui a mené l’équipe à une séquence très difficile, où l’espoir d’une bonne saison disparaissait presqu’aussi vite que les défaites ou matchs nuls s’accumulaient.

Il ne faut pas se leurrer, si on peut affirmer que l’Impact a connu une bonne saison en atteignant la finale de l’Est, il y a tout de même eu plusieurs déceptions.

La principale, et la plus difficile à avaler selon moi, est la déconfiture lors du championnat canadien. La série aller-retour contre le TFC, au milieu de l’été, était tout sauf belle à voir. J’ai encore le 0-0 du match retour au Stade Saputo au travers de la gorge, et j’espère bien que les joueurs aussi, car la CONCACAF a toujours été et doit toujours demeurer une priorité à Montréal. Ça fait partie de l’histoire du club.

patrice-bernier-montreal-impact-canadian-champions

Il y a bien eu quelques autres déceptions, notamment la gestion du dossier Didier Drogba, les lignes sur le terrain au Big O (LOL) et, l’alignement partant instable et le recrutement de l’hiver dernier. Harry Shipp et Lucas Ontivero, autant de potentiel peuvent-ils avoir sur papier, n’ont simplement pas été en mesure de livrer la marchandise cette saison et incapable de s’acclimater au système de jeu préconisé par Mauro Biello. La faute des joueurs ou du staff de l’équipe? Probablement un peu des deux. Autant un joueur est toujours responsable de la façon dont il joue, autant un entraîneur intelligent et créatif trouvera une façon d’utiliser un joueur sur ses forces sans dénaturer le système de jeu.

L’Impact s’est toutefois bien repris en cours de saison avec Mancosu et Bernardello, qui se sont facilement implanté dans le système et qui ont rendu de fiers services à l’équipe. Leur arrivée correspond plus ou moins au moment où Mauro Biello a enfin été en mesure de trouver un certain équilibre dans son XI partant, une certaine structure fixe qu’il tentait de garder intact plus souvent qu’autrement, enfin.

D’ailleurs, même s’il n’est pas parfait, Mauro Biello fait partie des bonnes nouvelles. Un entraîneur recrue, avec la pression de diriger Didier Drogba, qui réussit à galvaniser ses troupes et à les mener en finale de l’Est. Il peut et doit encore s’améliorer, mais Biello est un bon coach qui cadre parfaitement avec le profil de Montréal.

Une année de hauts et de bas, donc, qui est satisfaisante mais qui laisse tout de même quelque peu sur notre faim. 2017 devra être l’année des confirmations, par les performances sur le terrain mais également par la passion et la présence des partisans dans les gradins. Le XI partant qui s’est rendu si près de la MLS est, pour le moment, complètement de retour l’an prochain, ce qui est bon signe et qui offrira surtout à Biello une certaine stabilité qu’il n’avait pas avant. Saura-t’il en faire un bon usage?

Est-ce que Dzemaili viendra finalement à Montréal, et si oui sera-t’il aussi dominant qu’on le prétend? À quoi servira tout l’argent économisé par les départs de Venegas, Ontivero, Shipp et compagnie? Est-ce que Nacho répétera ses exploits en 2017? Est-ce que Ballou verra beaucoup de temps de jeu?

Le camp s’amorce dans un mois, et à quelque part j’ai déjà hâte!

Joyeux Noël à vous tous!

N’hésitez pas à commenter et suivez-moi sur Facebook et Twitter.

ALLONS