Andrighetto a réussi où plusieurs ont échoué | Du remplacement au sein du premier trio… Les mystères Holloway et Semin

On dit que rien n’arrive pour rien. Les blessures de Torrey Mitchell et Devante Smith-Pelly ont permis à Michel Therrien d’effectuer un test qui se sera avéré, à la première audition, franchement concluant.

Certes, on n’aborde pas le cas de Gallagher avec autant d’optimisme. On y reviendra plus tard.

La tenue de Sven Andrighetto aux côtés de Lars Eller et Alex Galchenyuk mérite une bonne main d’applaudissements. Le fait qu’il ait joué un bon match n’impressionne guère. Mais qu’il ait réussi où plusieurs vétérans ont échoué, dans la quête de bâtir une identité au deuxième trio en complétant son flanc droit, est une jolie réussite en soi.

Pensons-y: Alexander Semin, Paul Byron, Devante-Smith-Pelly, Brian Flynn et Torrey Mitchell, cinq joueurs d’expérience de la LNH, ont offert des résultats plus ou moins convaincants dans ce rôle avant qu’une recrue de 5’10 et 186 livres ne sorte de nulle part pour se charger lui-même de stimuler le trio.

Avec un attaquant aussi vif à leur droite, Galchenyuk et Eller ont pu travailler davantage en unité de cinq et s’appuyer dynamiquement les uns les autres, que ce soit avec ou sans la rondelle. Ils ont harcelé les joueurs adverses durant toute la soirée avec une pression soutenue, les forçant à défendre, mais aussi à prendre des décisions réalistes. Ce n’est pas une coïncidence si le CH a obtenu 81,8% des tirs tentés (+18,-4) lorsqu’ils étaient sur la glace.

Le Suisse, qu’on sait agile et adroit dans le maniement du disque, a été particulièrement impressionnant le long des rampes, et en général dans les espaces restreints. Il a manifestement pris du coffre au cours de la saison morte et son pur talent offensif semble être ce qui était la pièce manquante au deuxième trio.

Lars Eller a ses forces, mais il a aussi une faille flagrante faisant de lui un joueur complémentaire, bien que tout de même utile: sa vision du jeu se limite à la périphérie et il n’a pas le réflexe inné de repérer un coéquipier qui jaillit dans une zone dangereuse. Il faut ainsi voir la composition d’une ligne d’attaque comme un puzzle. Trois Lars Eller formeraient un trio particulièrement médiocre. Mais ses capacités de bien défendre dans sa zone, appliquer un bon échec avant, faire avancer le jeu en zone défensive comme en zone neutre, travailler on the cycle et s’offrir en option dans l’enclave peuvent aider deux autres attaquants talentueux à s’exprimer. Eller peut garantir à ses coéquipiers plus de temps de possession, en plus d’être la conscience défensive de son trio se chargeant de la sale besogne. Le Danois peut donc jouer un rôle important dans l’ombre, alors que Galchenyuk et Andrighetto se complètent par leurs instincts offensifs et leur créativité.

Voyons voir maintenant si cette deuxième ligne requinquée peut nous offrir plus qu’une bonne première impression.

Le mystère Holloway

La perte de Brendan Gallagher est colossale. Tout le chaos qu’il fout dans ses interventions en zone offensive fait très bien paraitre Max Pacioretty et Tomas Plekanec. Michel Therrien adorait son premier trio. Soit, il obtenait des points bonis grâce à des buts dans un filet désert, mais s’il était déployé en pareille situation, c’est car il était considéré comme le plus responsable aux yeux de l’entraineur. Par ailleurs, n’a-t-il pas fait exactement ce qu’on demande de lui avec une avance d’un but, dans les derniers instants du match, soit enfiler le but d’assurance et prévenir une remontée?

Alexander Semin avait enchainé cinq solides périodes de hockey et s’était mérité, à la surprise générale, une audition inespérée à la droite de Plekanec et Pacioretty en fin de match. Maladroit comme il est, il a toutefois trouvé le moyen de retomber dans ce que les Anglos aiment appeler, la niche du chien… Sa pénalité n’était ni stupide ni flagrante, mais l’accumulation de celles-ci a sérieusement testé les nerfs de Therrien. Ce même Therrien, qui limite les mises en jeu en zone défensive auxquelles il prend part, et refuse de l’utiliser dans les dernières minutes d’un match, ou avec une mince avance, voudra-t-il vraiment réinsérer Semin dans un premier trio qu’il a jusqu’à maintenant employé allègrement à toutes les sauces? Mouin.

 


Le problème, c’est que notre homme à cravate n’a pas beaucoup de cartes dans son jeu. Bon, il y a ce ténébreux George Bud Holloway, tout droit venu de l’Europe qui, à 27 ans, n’a pas eu la moindre chance de jouer dans LNH bien qu’il ait pourtant produit partout où il ait passé. Holloway n’a aucune qualité digne de l’élever au-dessus de la mêlée dans la LNH, sauf une bien importante, le QI hockey. La vedette des IceCaps a une bonne compréhension du jeu et il se montre alerte au positionnement de ses coéquipiers sur la patinoire.

Lors du dernier match des IceCaps, samedi, face au Crunch de Syracuse, il a fait… ça.

Holloway n’a pas que mis la table pour Gabriel Dumont, il a cuisiné son souper, rempli trois fois son assiette, lui a servi à boire et a fait sa vaisselle. Enfin, je m’emporte…

Pourrait-il remplacer temporairement Gallagher à la droite du premier trio? Peut-être, mais il faut avoir des attentes réalistes envers un attaquant qui vit son baptême dans le circuit Bettman à 27 ans. Et il est permis de douter qu’il soit préféré à un joueur établi du Canadien – Devante Smith-Pelly, s’il est en santé –, pour obtenir cette promotion.

Il n’y avait, jusqu’à maintenant, pas d’urgence à rappeler Charles Hudon, qui poursuit une saine courbe de progression dans la ligue américaine. Mais disons qu’une blessure à un ailier droit de premier trio vient changer la donne. Est-ce que cette situation pourrait précipiter les choses? Christian Thomas, un droitier fougueux est un autre nom à considérer en cas d’un troisième rappel. Daniel Carr aussi, même s’il est gaucher, car la direction aime son style de jeu et il sera admissible au ballotage l’an prochain. Il est temps de savoir s’il appartient à la LNH.

Et il ne faut pas oublier que Marc Bergevin nous a déjà surpris avec une transaction sans qu’aucun de nous ne s’y attende…

En rafale
– Jarred Tinordi n’est pas seul. 17 joueurs de 25 ans et moins trouvent le temps long sur la galerie de presse présentement: LIEN

Tout ça à cause des règles du ballotage…

– Guy Boucher vante le CH d’avoir recruté Holloway. LIEN

– Gerard Laflaque se prononce contre le retour des Nordiques! LIEN

– Il écope pour ses commentaires à l’endroit des arbitres.

Un peu de discipline, allons!

– Un superbe arrêt avec le bâton d’un gardien de la KHL! LIEN

– Bonne nouvelle pour les Blues. Paul Stasny retourne au jeu. LIEN

– Petite nouvelle:

– Giovinco est préféré à Drogba! LIEN #MLS

– Une entrevue « human » avec P.K. Subban. LIEN

PLUS DE NOUVELLES