Analyse du système du Canadien : des signes encourageants avant les séries | La fin pour Peter Chiarelli? | Eichel imite Paul Kariya

Parfois, la meilleure façon d’évaluer les joueurs est de décortiquer méticuleusement les séquences menant à des buts, d’autant plus que le système doit être appliqué rigoureusement dans le dernier droit de la saison.

Hier soir, Alexei Emelin a-t-il été aussi mauvais que certains internautes le suggèrent? Alex Galchenyuk doit-il polir son jeu défensif? Comment Nathan Beaulieu se rend-il utile en s’impliquant peu physiquement? Jeff Petry vaut-il les 5 ou 6 millions que lui verseraient la plupart des partisans?

On répond à tout ça.

But #1: Tatar marque sur une belle passe de Datsyuk

Datsyuk s’empare de la rondelle en zone neutre et retraite derrière la ligne centrale pour évaluer ses options. Au même moment, le Canadien procède à un changement. Desharnais se dirige au banc, confiant la responsabilité de couvrir le #13 à Gallagher.

Le Russe envoie la rondelle dans le coin de la bande à Zetterberg. Pour ne pas céder gratuitement l’entrée de zone, Emelin décide de s’avancer et forcer – ou du moins, tenter de – le porteur de la rondelle à rejeter le disque en fond de territoire. Dans ce cas, Petry – qui est campé sagement derrière le jeu en protégeant le centre de la glace – n’aurait qu’à récupérer la rondelle et amorcer la contre-attaque avec Plekanec ou Galchenyuk.

Zetterberg n’est pas un deux de pique. Il sait pertinemment que Datsyuk suivra le jeu s’il ne fait que doucement glisser le caoutchouc derrière Emelin. On a là deux joueurs qui se connaissent très bien et qui partagent une allergie au dump and chase.

Gallagher réussit sa couverture et a un pas de plus sur Datsyuk dans la course pour le disque. Comble de malheur pour lui, Datsyuk a un des meilleurs bâtons défensifs de la ligue et il lui dérobe la rondelle plutôt facilement. En deux temps trois mouvements, le voilà en possession du disque au milieu des cercles.

Jeff Petry n’a d’autres choix que de s’occuper de Datsyuk en essayant de couper la ligne de passe et la ligne de tir. Même si Gallagher a été coiffé, le CH ne devrait pas être dans le trouble : on compte 3 chandails rouges contre seulement deux blancs des Red Wings. Là où tout s’écroule, c’est quand Plekanec perd de vue son homme, Tomas Tatar, qui se libère de la pression en l’espace de deux foulées.

Emelin n’est pas le joueur fautif. En restant inerte dans son territoire, il aurait cédé la ligne bleue à Datsyuk et aurait dû l’affronter à un contre un, ce qui n’est pas une situation très enviable. Le blâme revient malheureusement à Plekanec. Certes, il s’agit d’une erreur facile à corriger. Surtout quand on travaille avec un centre lucide comme le Tchèque.

But #2: Markov déjoue Howard de la pointe

Desharnais ne remporte pas la mise de façon franche, mais Parenteau parvient à tasser la rondelle rapidement vers Subban.

Aussitôt, Nyquist s’amène pour étouffer ses options le long de la rampe. P.K. a deux choix : soit il repousse la rondelle au fond de la zone en espérant que Desharnais ou Smith-Pelly gagne sa bataille en échec avant, ou il la refile à Markov malgré la pression exercée par Nyquist et le danger que Tatar (au centre, plus à gauche) reconnaisse la situation et intercepte le relai.

Nyquist ne place pas son bâton du bon côté pour couper la passe et c’est trop peu et trop tard pour Tatar. Markov déjoue Howard, qui a la vue voilée par Desharnais et Smith-Pelly.

Subban a pris un risque bien calculé. Les défenseurs de sa trempe peuvent se permettre ce genre de folie. 

But #3: Jeff Petry tire entre les jambières

Nathan Beaulieu met à profit son agilité sur patins pour fourvoyer deux couvreurs dans sa zone, Zetterberg et Weiss, avant de refiler à Brandon Prust.

Prust se retrouve alors dans une sorte de duel à un contre face à Datsyuk en zone neutre. Il alimente Mitchell d’une passe soulevée et élimine ainsi Datsyuk.

Les trois attaquants des Wings sont maintenant à la traîne. Petry reconnaît la situation et appuie l’attaque pour aider Mitchell. L’espace entre Ericsson et Zidlicky est trop grand et même s’ils tentent de la refermer en désespoir, Petry réussit à se faufiler derrière eux pour marquer.

Même si Beaulieu ne récolte pas de point, le but n’aurait pas eu lieu sans lui. Et Petry a fait montre d’un grand « Hockey IQ » !

But #4: 2e de Datsyuk

La séquence s’amorce avec Emelin et Helm qui bataillent derrière le filet. Emelin sort avec la rondelle, mais n’a d’autres options que de lober un revers le long de la rampe afin de rejoindre Gallagher. Erreur : il complète cette passe par le centre et Zetterberg passe à un cheveu d’intercepter. La meilleure option était de la rouler par la rampe, mais il faut dire que le Russe avait Petry dans les pattes.

Le  74 peut retenir son souffle, sa passe se rend finalement à bon port vers Gallagher. Sauf que Kronwall (près de l’arbitre dans le coin) est fort comme un bœuf et gagne facilement sa bagarre contre le petit ailier.

Galchenyuk commet l’impardonnable en oubliant Pavel Datsyuk. Trou béant dans le haut de l’enclave. Datsyuk reprend la rondelle et fait un peu de magie. Pas de bol pour Emelin et Price…

La responsabilité de ce but doit être imputée à Galchenyuk, non à Emelin.

But #5: Bourde de Markov

En avantage numérique on remarque que le CH étire le jeu comme un gros élastique comme pour se donner du temps et de l’espace. C’est exactement ce que font Markov et Subban sur la séquence en se distançant l’un de l’autre à la pointe.

Le hic, c’est que la passe doit parcourir plus de glace et devient donc télégraphiée. Helm n’en demandait pas plus.

Buts #5 et #6 de Plekanec et Eller

Rien à signaler sur le positionnement des joueurs. Les deux buts sont l’erreur de Jimmy Howard.

La seule bourde inquiétante dans ce match provient de Alex Galchenyuk, qui a laissé manoeuvrer le joueur le plus talentueux du circuit en contrôle de la rondelle. Il reste que le hockey est un jeu d’erreurs et celles de Markov et Plekanec sont facilement corrigibles.

Par ailleurs, Jeff Petry montre une patience et une compréhension du jeu étonnante. En séries, parions qu’il sera le genre de défenseur capable de garder la tête froide dans les situations les plus précaires. Cette lucidité fait de lui le partenaire de défense idéal pour Emelin.

Le match d’hier soir tend à prouver que le Canadien peut rivaliser contre une bonne équipe de l’Est quand les joueurs sont alertes, appliquent bien le système et osent prendre des risques pour ouvrir des brèches dans la défense adverse. En ce sens, le retour au jeu de Max Pacioretty, de loin le meilleur attaquant du club, ne peut certainement pas nuire.

En rafale
– Ça sent la fin pour Peter Chiarelli à Boston…

L’échange de Tyler Seguin fait très mal… Mais c’est surtout la raison qui la motive qui est douteuse. Doit-on vraiment se départir d’un des jeunes les plus prometteurs de la ligue puisqu’il prend une couple de bières de trop? Jeff Carter et Patrick Kane sont des fêtards, eux aussi…

– David Lemieux pourrait changer d’adversaire, finalement. LIEN #Soliman

– Apparemment, les Panthers réclament de l’argent du comté de Broward. LIEN

Et si le comté refusait de leur verser des fonds publics? Ça pourrait les forcer à déménager éventuellement, qui sait?

– La chanson des séries des Jets est un remix de Without Me de Eminem! LIEN

« It’s tragic, you got stopped by Pavelec. »

HabsEyeOnThePrize étudie en profondeur les probabilités d’affrontement du Canadien en 1re ronde. LIEN

45.1% des chances de croiser Pittsburgh… Le scénario rêvé. Les pauvres Penguins jouent à cinq défenseurs présentement! #Ouch

– Kurtis MacDermid a été suspendu huit matchs pour le coup qu’il a porté à la tête de Max Domi. Domi, de même que Mitch Marner, sera sur la touche pour le 2e match de la série Otters-Knights.  LIEN

La série est soudainement moins intéressante. La confrontation McDavid-Domi/Marner faisait couler beaucoup d’encre.

– Peter Horacek : « Je veux que notre dernier match contre le Canadien soit nos séries. » LIEN #Umm #ColtonOrr

– Les Wolves de Sudbury ont sélectionné David Levin avec le 1er choix au repêchage de la ligue de l’Ontario (OHL).  Levin est né en Israël. Il a commencé à jouer au hockey dans une ligue seulement à l’âge de 12 ans, après avoir déménagé au Canada avec sa famille! LIEN

Ryan Kennedy (The Hockey News) nous avertit: « Levin fera écarquiller vos yeux l’an prochain ». LIEN

– Dur de ne pas prendre les Leafs en pitié…

– Jack Eichel est le premier Freshman (première année NCAA) à être sacré meilleur joueur du circuit universitaire depuis Paul Kariya!

– Le marché de Las Vegas a-t-il fait ses preuves? Brian Burke est sceptique, lui. LIEN

– Que de l’amour pour Andrei Markov! #Hehe

PLUS DE NOUVELLES