Alex Galchenyuk n’aurait aucune valeur sur le marché

L’été dernier, le départ d’Alex Galchenyuk semblait beaucoup plus une certitude que ne peut l’être celui de Max Pacioretty, aujourd’hui.

Après une défaite précoce en séries éliminatoires, Marc Bergevin s’était mis en mode Stéphane Bellavance, entamant un méchant changement dans la chambre du Canadien qui visait à liquider tous ceux dont l’attitude ne cadrait pas dans ses standards. Pour accomplir ce virage drastique, le départ de Galchenyuk était essentiel.

Plus l’été avançait, plus son nom était lié au coeur de rumeurs de transaction à des joueurs dont le talent faisait sourciller les analystes. Jonas Brodin ou Adam Henrique, ce n’était pas exactement ce à quoi rêvait les partisans montréalais, conservant d’excellents souvenirs de la campagne de 30 buts de l’ancien troisième choix au total.

Cette admiration qui lui était vouée suite à cette saison productive n’aurait toutefois pas été partagée avec les différents observateurs de la LNH. Selon Renaud Lavoie, aucun directeur général du circuit ne tient Galchenyuk dans son estime, et ce, depuis quelques années. On comprend un peu mieux pourquoi celui-ci n’a pas été sélectionné au sein de l’équipe des moins de 23 ans, à la Coupe du monde de hockey…

Il n’y a qu’une chose qui expliquerait la présence d’Alex Galchenyuk au sein du Canadien cette année: il ne détient aucune valeur sur le marché des transactions.

Aucun doute, sa valeur était extrêmement basse cet été et chute au même rythme que le CH au sein du classement général. Il apporte probablement plus à l’équipe que le retour qu’engendrerait son départ…

Dans son cas, un simple coup de maturité pourrait changer la donne. Après un camp d’entrainement auquel il est arrivé dans une forme des plus discutables, Galchenyuk a cumulé 8 points à ses 23 premières parties…

Depuis, il semble avoir retrouvé un certain dynamisme, empilant au passage 20 points à ses 27 dernières parties. Ce rythme peut sembler bien modeste pour un joueur sélectionné au troisième rang d’un encan amateur, mais vaut son pesant d’or dans une formation dépourvue d’offensive comme celle du Canadien…

Dans ce contexte, transiger Alex Galchenyuk, alors que sa valeur est quasi inexistante serait une grave erreur. La patience doit être de mise dans son cas.

Un été au cœur duquel une remise en forme pourrait être la clé de l’explosion offensive de Galchenyuk. À 24 ans, le jeune ailier dispose encore de plusieurs années pour démontrer l’entièreté de son talent à la LNH.

En Rafale

– Peter Statsny aura sa statue!

– Vous aurez la chance de voir l’espoir du Canadien Jake Evans à l’oeuvre!

– Les Islanders ont peur de perdre les services de leur capitaine!

– Exact.

PLUS DE NOUVELLES