Alain Vigneault critique (encore) la décision de ses patrons

Lorsque les Rangers et Jeff Gorton ont pris la décision de rénover leur fondation, de remettre tout ça à neuf, c’est Alain Vigneault qui a dû annoncer aux joueurs que les dirigeants abdiquaient. Qu’ils mettaient une croix sur cette saison-ci afin de conclure des mouvements dans le but de reconstruire.

À la suite de cette annonce, un climat d’incompréhension régnait dans le vestiaire. C’est facile de comprendre les joueurs puisque l’équipe était positionnée au sein du Wild Card à ce moment précis. En janvier, lorsque l’organisation a décidé de faire un 360 degrés, l’équipe était bien positionnée… et après, tout s’est effondré. Le mental et la confiance des soldats ont été ébranlés.

Si l’on se fie au pilote de l’équipe, il y a désormais deux clans : celui de la direction et celui du groupe des entraîneurs. Ils ne sont plus ou pas sur la même page. Comme l’a si bien imagé Vigneault, pour qu’une équipe ait du succès, elle doit avoir le même agenda… et non deux. C’est à ce moment précis que les relations deviennent tendues et que l’homme derrière le banc n’a plus sa place.

Faut le dire. Vigneault ne semble avoir aucune motivation à amorcer ce type d’aventure avec les Rangers de New York. Depuis cette lettre ouverte au public, Vigneault et ses joueurs vivent un cauchemar. Ils doivent sans arrêt répondre aux nombreux questionnements des journalistes.

Mais, au final, les joueurs continuent d’y croire, malgré la tonne de rumeurs qui circulent au sujet de certains joueurs… comme Ryan McDonagh, par exemple.

Est-ce vraiment payant toute cette transparence?

En rafale

– Parlant du capitaine des Rangers, les spéculations pourront désormais prendre un autre niveau à partir de… maintenant!

– Je me demande si je dois rire… ou non!

– Phil Kessel était fier de sa sœur, qui a gagné la médaille d’or avec les Américaines.

– Une blessure et un virus… c’est populaire à ce temps-ci, je parle du virus.

– Encore du grand P.K.!

PLUS DE NOUVELLES