À qui le Calder?

Que ce fut une belle soirée télé hier, le retour de « Tout le monde en parle », « la Voix » à son 2e épisode et le tricolore qui offre une prestation des plus enlevante, ma zappette est en burn-out aujourd’hui. J’ai tellement passé d’une chaîne à l’autre que je ne suis plus sûr avec quel juge Louis Morissette chantera, qu’est-ce que faisait Nathalie alias Ginette Reno sur le trio de Plekanec et pourquoi Michel Therrien rigolait avec le fou du roi en buvant du vin sur notre bras. Tout mélangé.

En fait, soyons francs dans mon cas, je ne sais pas pour vous, l’affrontement Canadiens-Devils a eu le dessus. Je n’ai eu en aucun cas le goût de sombrer dans le sommeil, malgré la présence sur la glace de l’équipe somnifère par excellence. #MerciLaTrappe

 

Markov aura à nouveau donné la victoire au Canadien
Crédit: Agence QMI

Cet affrontement fut excitant et le spectacle était franchement au rendez-vous. Une chance que le premier trio était en forme, car une défaite aurait encore une fois été possible aux mains des diables. Sacré Michel Therrien, il aura eu la main heureuse. Non, mais il faut être culotté pour mettre Brandon Prust sur un premier trio.

Quoi? Prust n’était pas sur le premier trio? C’est peut-être mon zapping qui m’a mélangé les pinceaux, mais dans ma tête, le trio qui génère le plus d’offensive, c’est censé être la première ligne d’attaque de ton équipe. Les deux jeunes loups, Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk étaient partout sur la glace, ils étaient électrisants et ils se sont inscrits au tableau sur de merveilleuses pièces de jeux. Chucky a clairement une vision de jeu au-dessus de la moyenne alors que Gally nous conforte dans son rôle de marqueur naturel. #MerciTimmins

Dans cette même optique, pourquoi Prust avec les deux gamins? Pacioretty est à l’infirmerie et Cole est dans les méandres… Pourquoi ne pas mettre David Desharnais avec eux? Il me semble que ça bourdonnerait pas mal ces trois-là en attaque. Mais bon, je laisse à coach Therrien son boulot d’entraîneur, moi je ne suis que simple observateur.

 

 

Prust ne croyait jamais se retrouver sur le 1er trio en signant avec les Habs
Crédit: Dave Stubb

Avec les belles performances des deux recrues du tricolore, j’ai eu un flash. Et si votre équipe possédait en ses rangs deux candidats au titre de recrue de l’année? La question se pose. Loin de moi, l’idée de partir sur une balloune et de leur promettre le Calder. Je ne veux que voir où ils se situent par rapport au reste de la compétition.

Brendan Gallagher
Fort de son premier but dans la LNH hier, l’attaquant du Canadien de Montréal revendique un total de 2 points en trois rencontres avec un différentiel de +2. Il est le prototype même de l’underdog, celui que l’on ne voit pas venir. Trevor Timmins pourra aisément se vanter avec les performances de ce lointain choix de 5e ronde. Quand on tente de le comparer à un joueur établi du circuit Bettman, il n’y a pas à chercher bien loin alors que Brian Gionta, capitaine de la Flanelle, est le prototype même de ce que pourrait devenir l’Albertain de 20 ans. Un attaquant fougueux qui se met toujours dans les pattes de ses adversaires et qui profite de leurs erreurs pour s’inscrire à la marque. Sur une saison de 47 parties (il a été retranché une fois de l’alignement jusqu’à maintenant) où il maintient la même cadence, il pourrait cumuler 31pts.

 

On n’a pas fini de voir ce genre de scène
Crédit: The Gazette

Alex Galchenyuk
On dit souvent qu’avec un choix dans le top 3 du repêchage, une équipe n’a pas le droit à l’erreur. J’aimerais vous confirmer que le CH ne s’est pas trompé, mais laissons encore de l’eau passer sous les ponts pour cela, toutefois, tout augure plutôt bien dans son cas. Dans l’affrontement d’hier, il aura été le leader offensif de son équipe, un échantillon de ce qu’il pourra offrir dans un avenir rapproché? Assurément. Chucky, qui n’était pas de la formation russe des moins de vingt ans, hein, mon Gaston, a dominé dans le junior avec une cadence de 2 point par match. À ses premiers balbutiements avec les grands, il s’approche dangereusement du rythme du un pour un. Et je ne vois pas pourquoi il ralentirait, sur un trio avec Prust tout peut arriver. Sarcasme. Sur une saison de 48 parties, ce n’est pas moins de 36 points qu’il pourrait produire.

Cory Conacher
Ceux qui ont pris Cory Conacher dans leur pool en se disant, « ça, c’est ma carte cachée », levez la main. Je ne le connais pas tellement, comme dans pas du tout. (Vous ne pourrez pas dire que je ne suis pas franc avec vous autres.) Mais une chose est sûre, partie comme c’est là, il fera tourner bien des têtes cette saison. Avec un départ canon de 2 buts et 7 points en 5 parties à Tampa Bay, il n’y a pas à dire, il est en feu. Jamais repêché, l’Ontarien de 5 pieds 8 a tout pour nous faire penser à un certain David Desharnais que nous connaissons bien ici à Montréal. Une saison de 67 points est à sa portée.

Nail Yakupov
Être le premier choix au total d’un encan vient avec une dose de pression substantielle. Yakupov, oui, celui-là il est russe Gaston, n’a pas l’aire de s’en faire plus qu’il ne le faut. La pression, quelle pression? Outre celle qu’il a infligée à ses genoux en se laissant glisser sur ceux-ci lors d’une célébration trop exubérante, je ne vois pas de quelle pression Yakupov pourrait être affligé. Car celui-ci semble être le joueur le plus désinvolte qu’il m’a été donné de voir évoluer dans le circuit Bettman depuis belle lurette. Plus sûr de soi que ça, tu t’appelles P.K. Subban. Pourtant, le diminutif attaquant des Oilers n’a que deux maigres buts à sa fiche jusqu’à maintenant, c’est bien beau la confiance, mais la production doit être au rendez-vous. Avec 2 buts au compteur, mais encore 44 parties à la saison, je suis loin d’avoir jeté l’éponge, mais il faudra vite qu’il se réveille, car d’autres ont déjà une longueur d’avance sur lui. À ce rythme, c’est 24 points qu’il engendrera.

Justin Schultz
Je me rappelle d’une discussion assez serrée avec un ami à moi à propos de Schultz, c’était au moment de son embauche par les Oilers… Lui était prêt à mettre un vieux 2 en jeu qu’il serait dominant dès son arrivé dans la LNH, moi, j’étais loin d’être confiant, maugréant que c’était bien beau dominer dans les collèges américains, quand tu affrontes certains joueurs de 16-17 ans qui ne feront jamais le saut chez les professionnels, mais que ça ne prouvait finalement pas grand-chose. Je dois admettre aujourd’hui que mon flair m’aura fait défaut. Autant dans la ligue américaine que dans la LNH, Justin Schultz a su être à la hauteur des attentes. Dans un club où l’arsenal offensif est quasiment sans limites, l’arrière de West Kelowna est comme un poisson dans l’eau. Avec ses 2buts et 5 points en 4 parties, l’ancien de l’université du Wisconsin se dirige vers une production de 60 points à l’échelle de la saison.  Pour un défenseur, ce serait tout un exploit.

Vladimir Tarasenko
Déjà surnommé le Tsar par certains amateurs de St-Louis, Vladimir Tarasenko est le prototype même de l’espoir russe hyper talentueux qui est difficile à attirer en Amérique et qui fait damner les dirigeants de la LNH. Son rang de sélection au repêchage de 2010, 16e au total, est loin d’être représentatif de son calibre, car il aurait pu aisément être choisi dans le top 5. C’est donc finalement à 21 ans qu’il se décide à franchir l’Atlantique pour se rapporter aux Blues. L’attente en aura valu la chandelle, car en 6 rencontres c’est 8 points qu’il cumule jusqu’à maintenant, étalée sur la durée de la saison, on parle ici de 64 points possiblement.

 

Vladimir  »The Tsar » Tarasenko, retenez bien ce nom
Crédit: Icon SMI

Jonathan Huberdeau
Avoir Kovalev comme grand frère, mais quelle chance! Plusieurs observateurs voyaient le duo Kovalev-Huberdeau pulvériser la compétition et traîner les Panthers jusqu’en séries éliminatoires. Ce ne fut pas bien long que le vétéran soit allé voir ailleurs et que le jeunot se soit ramassé seul dans son coin. Je ne lui souhaite en rien du malheur, au contraire, mais il faut avouer que l’attaquant de Saint-Jérôme est au neutre depuis son premier match en carrière dans la grande ligue alors qu’il avait généré ses 3 seuls points de la saison jusqu’à maintenant. Ensuite, silence radio. Tôt ou tard, il se sortira de cette torpeur, je ne suis pas inquiet, mais pour l’instant il est encore en mode recherche de solutions. Étalé sur la saison, Huberdeau devrait produire 29 points.

Prévisions
Si nous y allons d’un classement, selon les projections obtenues, c’est Cory Conacher qui devrait remporter le trophée Calder cette saison, suivie de prêt de Tarasenko et Schultz. Tout cela n’est que spéculation, qui sait si une baisse de régime chez l’un et l’autre surviendra ou à l’inverse si l’un d’entre eux ne se mettra pas à produire à une cadence plus élevée.

Je miserais personnellement sur Tarasenko ou Schultz, mais qui sait, une surprise est si vite arrivée.

Une chose est sûre toutefois, encore cette saison, la lutte pour cet honneur s’annonce des plus intéressantes. Et en prime pour les amateurs montréalais, deux jeunes recrues palpitantes à voir jouer seront de la course. Peut-être pourrait-il sortir vainqueur de cet affrontement.

À go, on se croise les doigts et on espère fort…

Mise à jour – 19:25
– Selon RDS.ca, le défenseur PK Subban aurait paraphé une entente de deux saison avec le Canadien de Montréal. Les détails de l’entente n’ont toujours pas été dévoilés. Louis Jean de TVA Sport rapporte que Subban aurait apposé sa signature au bas d’un contrat de 5,75m$, deux millions la première année et 3,75m$ pour la seconde. Autrement dit, Marc Bergevin ET P.K. Subban auront fini par mettre de l’eau dans leur vin.

PLUS DE NOUVELLES