31 en 31 : Rasmus Sandin, parce qu’il n’y a pas seulement que Dahlin et Boqvist!

Tout le mois de mai, DansLesCoulisses effectue le décompte des 31 meilleurs espoirs en vue du prochain repêchage de la LNH.

Après avoir été sélectionné lors du traditionnel repêchage européen de la LCH, le petit défenseur de 18 ans Rasmus Sandin a finalement décidé de joindre les Greyhounds de Sault Ste. Marie dans l’OHL après avoir joué 5 parties dans la ligue élite de Suède. Son équipe actuelle, toujours en séries éliminatoires, est plus que dominante grâce à ses nombreuses vedettes. Sandin, de son côté, se réjouit lentement mais surement d’une bonne première saison en Amérique du Nord.

Offensivement parlant

Note : A-

Sa récolte de presque un point par match avec son club junior démontre de belle façon ses habiletés offensives. Le Suédois adore joindre l’attaque et provoquer des chances de marquer autant en quittant son poste de défenseur pour appuyer les attaquants qu’en tirant à maintes fois de la ligne bleue. Son intelligence hockey est presque élite et il s’en sert à merveille pour se faufiler dans les endroits payants. Sa première passe est également un atout qui lui permettra d’entendre son nom en première ronde en juin prochain à Dallas.

Défensivement parlant

Note : B+

Un défenseur qui fait des points est toujours attirant pour les équipes de la Ligue nationale, mais encore faut-il qu’il sache défendre moindrement. Sandin est justement ce genre d’arrière qui peut apporter de l’offensive tout en étant responsable dans sa propre zone. On dit même de lui qu’il est très brillant pour défendre grâce à un bon bâton et un excellent positionnement.

Physiquement parlant

Note : C+

Il défend présentement bien dans le junior, mais pourra-il en faire autant dans le circuit Bettman? Chose certaine, malgré le fait qu’il semble prendre cette facette de son jeu à cœur, il devra continuer d’ajouter du muscle à son physique actuel de 5 pieds 11 pouces et 185 livres pour translater son jeu actuel jusqu’à la LNH.

Athlétiquement parlant

Note : B+

Son excellent hockey IQ lui permet d’être aux bons endroits quand il le faut. Il sait contribuer offensivement sans toutefois mettre ses coéquipiers dans l’embarras sur le repli défensif. Par contre, sa vitesse, sans être déficiente, devra atteindre le prochain niveau s’il veut devenir un défenseur de premier plan dans la Ligue nationale. En général, son potentiel est très bon.

Quand le verra-t-on dans la LNH?

Les jeunes défenseurs sont toujours plus lents à développer avant d’atteindre le niveau ultime de leur talent, comparativement aux attaquants. Toutefois, la tendance de faire confiance aux jeunes joueurs fraîchement repêchés pourrait aider Sandin à atteindre la LNH plus tôt que prévu. De plus, en jouant dans la LCH, ce dernier devrait poursuivre sa progression dans la ligue américaine dès que l’organisation lui fera signe pour par la suite cogner aux portes de la grande ligue vers 2021-2022.

Le plafond et le plancher?

Ultimement, il pourrait devenir un bon 2e défenseur dans une équipe moyennement nantie à cette position. Il pourra aisément contribuer à l’avantage numérique de son équipe. Dans le pire des cas, il sera un arrière bottom 3 toujours en apportant un brin d’attaque à son équipe.

Potentiellement Tricolore?

Les chances sont minces. Le CH vise probablement un attaquant avec sa première sélection. Sandin devrait sortir entre 20 et 31, alors je ne vois pas comment Marc Bergevin pourrait mettre la main dessus, sauf bien sûr, avec une éventuelle transaction pour ainsi obtenir une autre sélection de la ronde initiale. Bref, Sandin ne sera pas la propriété du Canadien à la fin juin.

En Rafale

– Considérant l’équipe qu’ils affronteront, peut-être pas.

– L’ancien des Islanders de passage à l’Antichambre.

– Par contre, c’est un bon point : ce fut une série de premiers trios.

PLUS DE NOUVELLES